L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • mardi, septembre 02, 2014

    VERTIGO (HITCHCOCK)

    Que bien pouvoir dire de ce film ?
    Tout d'abord, laissez-moi en donner le titre français, tellement nul que depuis un certain temps, même les natifs de ce pays préfère le titre américain, nettement plus parlant :
    Ensuite, je me tairai sur le film lui-même, préférant pour une fois parler de leurs mythiques collaborateurs, qui ont travaillé si régulièrement avec Alfred Hitchcock que l'on pourrait sans aucun doute parler d'une relation père-fils, à commencer par le fameux Saul Bass, auteur non seulement de nombre de ses génériques, mais aussi de certains de Martin Scorsese (entre autres, Nerfs à Vif et Casino). Il a notamment fait celui de la Mort aux Trousses, film devenu célèbre juste l'année de ma naissance, et surtout celui de Vertigo, dans une version que l'on retiendra dans l'œil toute sa vie :
    Sans parler non seulement de l'acteur principal et de la grande actrice, mais aussi en laissant un minimum de place à l'ordinateur en 1958, ce qui fut à proprement parler exceptionnel :
    Alors certes, il y a peut-être certains plans sur lesquels la colorisation des images a un tout petit peu vieillie :
    Mais c'est une toute petite minorité face aux fameux plans suivants, qui ne seraient sans doute guère différents aujourd'hui :
    
    Passons maintenant, en toute justice, à Alfred Hitchcock lui-même, pour citer tout d'abord son cadrage hallucinant sur le pont de San Francisco :
    Mais aussi cette histoire d'amour bien naturelle, qui sera tout à la fois le lien vers la communion et la déperdition des deux - mais inutile que j'en dise plus, n'est-ce pas ?
    Là où je peux par contre donner non seulement raison au réalisateur, mais aussi à son titre américain, c'est dans le tout premier usage de ce plan nommé "travelling compensé", dont je vous laisse découvrir l'usage chez Wikipédia : "Pour illustrer les scènes de vertige, Alfred Hitchcock utilise la caméra subjective, mais d’une façon particulière : alors qu’il filme, vers le bas, la profondeur de la cage d’escalier que James Stewart est censé voir avec angoisse, la caméra opère deux mouvements simultanés : un mouvement d’appareil vers l’arrière (travelling arrière) et un zoom avant (diminution de la longueur focale de l'objectif de la caméra). Le résultat de cet artifice technique appelé travelling compensé, utilisé ici pour la première fois dans un film, est une image qui se déforme, comme si la cage d’escalier s’allongeait" :
    C'est sublime, n'est-ce pas ? Certes, bien plus que l'image de Madeleine gisant sur le toit, désormais :
    Mais peut-être tout autant que le clocher de l'église espagnole, qui n'existait tout simplement plus, et fut donc entièrement reconstruit pour cette unique occasion :
    Passons maintenant à Edith Head, non seulement une grande reine des vêtements pour Paramount Pictures (de 1927 à 1982 !), mais aussi la seule et unique femme à avoir remporté huit fois l'Oscar de la meilleure création de costumes, ce qui lui rendit très solide sa collaboration avec Alfred Hitchcock. Elle a contribué à créer un grand nombre de films avec lui, et comme je suis en train de parler de Vertigo, inutile de vous dire que le personnage tout à la fois double et traumatisant que Kim Novak a créé lui allait, pour ainsi dire, comme un gant, notamment dans l'une de ces toutes premières scènes, où Madeleine est la seule personne à se présenter en vert :
    Madeleine, on le sait peut-être, est le premier prénom du rôle joué par Kim Novak, où elle se rend aussi chez une grande et raffinée fleuriste, vêtue d'un joli costume gris (inutile, n'est-ce pas, de parler du nombre d'or respecté dans les deux premières prises, ni du miroir présent dans la seconde, ni même des traces d'yeux visibles dans celle-ci) :
    Mais ce n'est rien à dire face à Judy, le second prénom, qui certes, au début, n'est pas tout à fait habillée du même vert que la splendide Madeleine :
    Mais se remet très vite au niveau, tout d'abord avec une robe violette dans le même restaurant tout rouge qu'au début :
    Puis, bien vite avec un costume marron, chez le même fleuriste :
    Le genre de choses que l'on ne perçoit pas la toute première fois, c'est bien sûr ce type de plan double, qui se révèle bien sûr fondamental dans ce film :
    Mais l'on voit par contre ce splendide costume tout noir, qui hélas va s'avérer le dernier que porte Judy :
    C'était, pour moi, l'occasion de dire un grand bien de Edith Head, que j'ai le défaut de ne pas voir instantanément, et je dois à ce sujet dire un grand merci au second DVD, qui contrairement à beaucoup d'autres, offre un grand nombre de reportages tous aussi passionnants.
    Je termine avec celui qui m'a le plus marqué, Bernard Herrmann, pour ainsi dire le musicien fétiche d'Alfred Hitchcock qui a travaillé une bonne dizaine d'années avec lui, grosso modo de 1955 à 1966, autrement dit sa meilleure période de film. Je saurais bien sûr quoi dire de sa musique, proche de celles de Gustav Mahler, ou même de Alban Berg par moments (Psychose), mais je suppose que ceci ne plaira qu'aux fanatiques tel que moi. Je préfère donc vous mettre les deux extraits disponibles sur Youtube, soit celui-ci, soit celui-là ; ils sont plutôt pauvres en images, mais ce sont les deux meilleurs que j'ai pu trouver concernant la musique de Vertigo, qui est vraiment très expressive concernant ce thème rarement traité.
    Dernière question, histoire de rire un coup : dans quel film, au passage fort connu, se trouve cité cet extrait de Vertigo ?
    Je vous livre une bonne piste, due à Wikipédia : "Un passage vers la fin du film montre Cole et Railly en fuite qui se réfugient dans un cinéma où se joue Vertigo d'Alfred Hitchcock. On voit un extrait du film où les personnages joués par James Stewart et Kim Novak se trouvent au Muir Woods National Monument, en Californie. Ils évoquent le passage du temps devant la coupe d'un séquoia, et Cole et Railly ont plus tard une conversation similaire alors qu'on entend en bande son le même morceau que dans la scène de Vertigo, ce qui fait ainsi écho au voyage dans le temps et au destin du personnage incarné par Bruce Willis. Par ailleurs, on peut noter que, dans Vertigo, le personnage de Judy joué par Kim Novak se teint les cheveux en blond pour devenir Madeleine, prénom de l'actrice Madeleine Stowe, qui met quant à elle une perruque blonde pendant le film ; une fois grimée, Cole la voit sortir nimbée d'une lumière rouge, alors que dans Vertigo, le personnage joué par James Stewart voit Judy/Madeleine émerger d'une lumière verte".
    Vous cherchez, là encore ? Mais oui, bien sûr, il s'agissait de l'Armée des Douze Singes, dirigé par Terry Gilliam, assez grandiose dans ce domaine, comme chacun le sait...
    Bon, au moins, je n'ai pas dévoilé les intrigues du film, autrement dit pas fait de Spoiler, comme on me le reproche de temps à autre. J'espère simplement que vous vous offrirez cette nouvelle version, basée sur le 70 mm et la stéréo 5.1 en près de deux ans, et surtout d'un second DVD très enrichissant, jouissant de plus de deux heures de différents interviews, tous très agréables.

    Libellés : , , ,

    21 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    Ben, en voilà un super bel article ! Bravo et bravo... On en apprend plein et d'un point de vue technique de la caméra et au sujet des costumes, etc. Félicitations Cher Vincent..
    Bon, encore et encore je regette ton usage de Wikipédia et ta trop grande discrétion sur tes avis concernant la musique. Peut-être que d'autres que toi s'y intéressent aussi beaucoup et auraient préféré tes analyses aux écoutes pas toujours terribles sur YouTube...
    Désolée pour ces petites critiques car l'ensemble est véritablement super!
    Sabichan

    jeudi, 11 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci pour tous ces compliments !
    Evidemment, je pourrais aussi parler des critiques, mais je préfère ne pas le faire... Surtout que ceci se termine sur la phrase : "l'ensemble est véritablement super" !

    jeudi, 11 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    Un chef-d'oeuvre d'anthologie. Quel film... Quel impact ! Pas mon Hitchcock préféré (le mien est Fenêtre sur Cour) mais j'adore

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Comme tu as raison... J'ai depuis longtemps Fenêtre sur Cour en DVD, et il va être temps que je fasse un article là-dessus, fort convoité, j'espère !

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    J'attends ça avec impatiente !!!

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ne sois pas trop impatient... Cela va venir !

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    Bien chef !

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Anonymous Elisa said...

    Tu me donnes très envie de le voir Vincent!
    Ce type de films sont à voir, tout à fait!
    Bisous
    Elisa, en Argentina

    lundi, 15 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah oui... Si tu ne l'as pas encore vu, ceci serait bien à faire !

    lundi, 15 octobre, 2012  
    Anonymous Lunapei said...

    Oh Vertigo ! J'me souviens d'être allée le voir avec le lycée en première !

    C'est fou, les images vieillissent bien sûr, mais le film garde un impact très fort et qui fait que ça ne devient pas du tout "daté". J'avais beaucoup aimé celui-ci, plus que la Mort aux Trousses :)

    J'n'ai pas encore matté Terminator, mais je m'y emplois bientôt !

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    On ne saurait dire mieux... C'est sûr que les images vieillissent par endroits, mais le film reste malgré tout comme toujours daté d'aujourd'hui !
    Ceci dit, La Mort aux Trousses - vu évidemment en anglais - n'est pas mal du tout, dans son genre très différent...

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Anonymous Chah said...

    Je ne l'ai jamais vu, celui-là! Je connaissais les deux titres, mais j'avais jamais compris qu'il s'agissait du même film... merci. Le nombre d'or, je me souviens! Par contre je ne vois pas de quoi tu parles quand tu évoques "les yeux": c'est sur la photo chez le fleuriste?

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Comme quoi, l'on comprend tout à temps, n'est-ce pas ?
    Par contre, quand j'évoque "les yeux", c'est afin de bien voir ces traces de crâne très proches du bord de l'écran... Regarde bien, tu verras que c'est très clair !

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Ah ben si on a le droit de commander sa critique, je veux les enchaînés ! :)


    Vertigo m'a toujours mise assez mal à l'aise - il faut dire qu'on m'a fait manger du Hitchcock quasiment au biberon ! Mais je suppose que c'est probablement là un compliment qu'on peut faire au film...

    T.

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bien sûr qu'on a le droit !
    Normal que tu prennes Vertigo pour un film qui met assez mal à l'aise... Mais je crois que c'était la propre volonté de Hitchcock, et que dans ce sens, il a bien gagné !

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Anonymous Chah said...

    Sur la photo chez le fleuriste, la cadre n'est pas régulier, comme si on regardait par une serrure par exemple; c'est ça que tu veux dire quand tu parles des "yeux" ou du "crâne"? je n'ai pas vu le film: c'est un leitmotiv, le regard?

    mercredi, 17 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oui, c'est pour ça que je parle du crâne, bravo à toi... Mais sinon, outre le fait que ce soit un véritable leitmotiv dans ce film, je crois que ça se retrouve en tout égal dans PSYCHOSE !

    mercredi, 17 octobre, 2012  
    Anonymous Zoun said...

    Ton article m'a donné le vertige! :)

    J'adore la technique du travelling compensé, j'ai déjà testé dans mes vidéos, mais je ne savais pas que ça s’appelait comme ça. Encore un truc que j'apprends ici.

    Vertigo, un classique à mettre tout en haut de sa dvdthèque :)

    jeudi, 18 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oui, comme tu le dis...
    Reste plus qu'à espérer que tu l'utilises dans ton long métrage - prochainement, on te le souhaite tous !

    jeudi, 18 octobre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Bravo pour cet article !!! C'est hyper intéressant ;-)
    Gros bisous
    Cha

    dimanche, 21 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci, merci, merci... Gros bisous à toi aussi !

    dimanche, 21 octobre, 2012  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home