L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • mercredi, décembre 02, 2015

    11'09"01 (COLLECTIF)

    La très grande classe !!!
    J'avais promis depuis un certain temps que je vous régalerai d'une chronique sur ce film magnifique, c'est donc désormais chose faite (et non sans mal, car vu la densité de l'Opus, j'ai encore une fois dû uploader une quarantaine de photos comme pour le Post sur SCARFACE, ce qui, entre les retouches et les compressions, prend tout de même un certain temps, on va dire)... L'idée géniale de ce film, dont il faut avant tout remercier le producteur Alain Brigand (et avec lui, ses deux acolytes, Nicolas Mauvernay & Jacques Perrin, que l'on ne présente plus) est née au lendemain des évènements du 11 septembre 2001, avec ce pari insensé, notamment pour des questions purement juridiques fort bien explicitées dans les "bonus" du DVD : réunir, pour une sortie "anniversaire" en septembre 2002, onze réalisateurs de onze pays différents, avec pour seule et unique consigne de réaliser un court métrage d'exactement onze minutes neuf secondes et UNE image sur le sujet (11'09"01), sans la moindre limitation artistique ou formelle (sinon les habituelles que nous autres blogueurs connaissons tous bien : pas de propos racistes, diffamatoires ou injurieux, etc)...
    C'était une idée magnifique, qui a de fait donné lieu à un véritable chef-d'oeuvre composite, et dont en plus personne ne pourra accuser les auteurs de se sucrer à bon compte sur le dos de la misère du monde, puisque tous les droits cinéma et DVD sont intégralement reversés à l'association Handicap International (en résumé, achetez-le plutôt que de le télécharger lâchement sur Emule, vous dormirez au moins UNE nuit l'âme en paix, lol) !
    Bon. Tout ceci fait déjà beaucoup de lignes sans la moindre photo (je compatis, je déteste les Blogs privés d'images !!!), alors entrons sans plus tarder dans le vif du sujet, quitte à revenir par la suite au hasard des circonstances sur les aspects "collectifs" de cette oeuvre singulière, qui ne sont pas les moins intéressants, loin de là...
    Honneurs aux dames, donc, dans ce détail des onze petits chefs-d'oeuvre que je vais m'efforcer de vous livrer maintenant, en précisant juste entre parenthèses (et en orange) le décalage temporel - très variable - entre l'évènement proprement dit et le moment "M" où est censé se situer chacun de ces courts métrages...

    1) Samira MAKHMALBAF (Iran)
    (Le jour même)
    Une entrée en matière particulièrement réussie, puisque signée d'une femme dans un pays où la condition féminine n'est pas vraiment super "top", disons les choses comme elles sont, et en plus l'éternel ennemi du "Grand Satan" américain !
    Surtout quand la tâche de cette femme est de vouloir à tout prix éduquer les enfants afghans réfugiés dans son pays - pas facile, quand il faut soi-même payer de sa personne et faire du chantage pour ramener tous les petiots à l'école :

    Elle, pourtant, l'institutrice, a entendu l'annonce de l'évènement à la radio, et tente vainement d'éveiller ses élèves en leur disant : "Quelque chose de très important s'est passé aujourd'hui" ! Mais devant leurs réactions, soit "villageoises" ("Ah oui, c'est le père de Aman qui est tombé dans le puit !"), soit de totale incrédulité :
    Elle décide finalement, après une tentative avortée de "minute de silence", de leur faire vivre la chose "en direct", auprès du four à briques du village (grande leçon de pédagogie) :

    Bref ! Rien à dire : c'était vraiment l'introduction idéale au film dans son ensemble, une fable adorable mais cruelle sur la médiatisation (ou plutôt, sur l'absence de médiatisation, selon les cas)... Malgré sa sobriété, la réalisation est très belle, l'actrice principale très convaincante, et bien sûr (as allways), les enfants sont merveilleux !
    2) Claude LELOUCH (France)
    (Le moment même)
    Dois-je avouer que j'avais très peur, la première fois que j'ai visionné ce film, à la seule vue du nom de ce réalisateur (qui n'est tout de même pas réputé pour sa pléiade de chefs d'œuvres) ? Et bien c'était très con de ma part : il s'agit bien au contraire de l'une des meilleures séquences de l'ensemble, avec cette extraordinaire actrice Emmanuelle Laborit, si émouvante que malgré son infirmité (elle milite depuis des siècles au nom des malentendants), on regrette de ne pas la voir plus souvent au cinéma :
    Parti pris très audacieux : filmer la (presque) séparation d'un couple - Emmanuelle Laborit et Jérôme Horry, guide newyorkais pour les malentendants en vadrouille vers le World Trade - et sa finale réconciliation, sur fond d'écroulement des deux tours dans le silence le plus total !
    C'est presque aussi gonflé que le film d'Iñárritu, mais ça fonctionne, c'est très beau, très bien interprété, et très émouvant. Avec même une certaine dose de surréalisme, par moment (je ne vous raconte pas la fin !) :
    Bref, une splendeur ! Claude Lelouch ne serait-il pas, au fond, un surdoué du court métrage (souvenez-vous, VAVAVOUM !) ?
    3) Youssef CHAHINE (Égypte)
    (Le lendemain)
    Bon. Inutile de le cacher, vu que de toute façon, ça va se voir comme le nez au milieu de la figure : des onze, c'est très franchement le film que j'aime le moins (et apparemment, d'après les quelques critiques que j'ai pu lire, je ne suis pas le seul) ! D'une part, parce que Chahine n'y parle que de lui :
    Mais surtout parce que le propos y est d'une lourdeur, d'une naïveté et d'un "préchi-précha" absolument insupportables à quiconque a dépassé la puberté, basé sur la rencontre de Chahine avec un fantôme du G.I (dont il va bien sûr faire l'éducation de ce pas) :
    En plus, c'est moche, mal filmé, bref, je m'arrête avant d'être vraiment méchant, ça vaut mieux... Sinon pour dire que dans le lot, c'est tout de même pour moi le seul qui ait quelque peu outrepassé les "limites" fixées par les producteurs. On l'a relativement pas mal taxé d'anti-américanisme à l'époque... mais si vous lisez bien entre les lignes, vous verrez que c'est aussi très largement antisémite. Bref, à zapper absolument lors d'une relecture !
    4) Danis TANOVIĆ (Bosnie)
    (Le jour même)
    Heureusement, tous les goûts sont dans la nature. Et s'il y a des films à zapper d'emblée, il y en a d'autres qui se méritent, et c'est le cas de celui-ci. De même qu'avec celui d'Imamura, je n'ai pas accroché du premier coup, mais plus je le vois, plus je le trouve renversant de beauté...
    Il y a bien sûr la fameuse touche de ce que l'on nommait dans le passé "l'humour Yougoslave" (assez proche de l'humour Juif, quelque part) :


    Mais surtout, c'est somptueusement filmé, et le message qu'on veut nous y faire "entendre" y est délivré dans le silence le plus total (j'allais écrire "avec légèreté", mais c'est faux : ça ne lui donne au contraire que plus de poids) :
    L'image de toutes ces femmes défilant en silence, le onze de chaque mois, en souvenir de tous ceux qu'elles ont perdus à Srebenica (près de 10000 morts en une seule journée !), je pense que vous mettrez longtemps à l'ôter de votre mémoire :
    C'est un peu le thème, aussi, des contributions de Loach et de Gitaï : grâce à la toute puissance des images, l'attentat du Worl Trade devient un prétendu "drame mondial", mais sous-entendu, ce que nous vivons au quotidien dans nos petits pays, tout le monde s'en contrefout, finalement (et rien n'a d'ailleurs changé, depuis) ! Bref, c'est l'exact inverse du film de Chahine : discret, subtil, magnifique... J'adore !
    5) Idrissa OUEDRAOGO (Burkina Fasso)
    (Le lendemain)
    Alors celui-ci non plus, de prime abord, je n'aurais pas dit que c'était l'un des "courts" les plus géniaux de la série. Et d'ailleurs, je ne le pense toujours pas ! N'empêche que... c'est le seul du lot à traiter le sujet sur un mode humoristique mi-figue, mi-raisin (et rien que pour ça, cela mérite le respect le plus absolu !), mais en outre, il a été parfaitement positionné par les producteurs au quasi milieu du film, offrant ainsi une sorte de "respiration" absolument bienvenue au cours de ce "long métrage" finalement très éprouvant, qui nécessite presque autant de boîtes de Kleenex que Titanic couplé avec Sur la Route de Madison (en résumé).
    L'histoire hilarante (et finalement, pas tant que ça) de cinq petits gamins alléchés par l'impensable - et indécente - manne des U.S.A :
    Cinq petits gamins qui, d'un seul coup d'un seul, découvrent que le très fameux Ben Laden serait, si ça se trouve, peut-être dans leurs murs, à Ouaga :

    (Bravo pour le sosie, au passage)... Bref, les gosses piquent la caméra de leurs parents, filment le Ben Laden sous toutes les coutures, dans l'espoir fou d'empocher enfin les "Vingt-cinq 'illions di Dolla', paske, ça se'ait v'aiment t'ès outile, sans 'ire, pou' soigner tous nos pa'ents qui ont le SIDA, le pa'oudisme ou la dysente'ie !",
    Alors c'est sûr, c'est très rigolo, ça détend, surtout à cette place stratégique, juste avant les deux "monuments" de Ken Loach et d'Alejandro González Iñárritu (attention, rapprochez de nouveau la boîte de Kleenex, là, en prévision)... Mais tout compte fait (ça fait déjà quatre fois que je revois ce film, tout de même, en l'espace d'une semaine), cet humour "noir" (dans les deux sens du terme, XD !) est tout de même un peu "jaune", quelque part, que l'on ne s'y trompe pas !
    6) Ken LOACH (Angleterre)
    (Quelques jours après)
    L'un des films les plus éprouvants de l'ensemble, certes, mais où l'on retrouve l'inimitable "touch" du maître Anglais : nous faire voir de vrais documentaires sous le prétexte de "vrais" films (alors que ce sont de "vrais" films, justement, contrairement au soi-disant cinéma "social" que l'on peut produire dans notre "beau" pays), de la grosse "daube", en résumé !
    L'argument en est simple, mais glacial : un Chilien exilé à Londres (c'était ça ou la prison à vie du temps de Pinochet) écrit une lettre à tous ceux décédés dans l'attentat du World Trade, une lettre pleine de compassion d'un certain côté, mais aussi pleine d'amertume de l'autre. Car c'est aussi un mardi 11 septembre (1973) que le Chili, avec l'aide de Kissinger et de la CIA, a finalement basculé dans la dictature, avec les terribles conséquences que l'on sait. Un film tout "en parallèles", mais subtil, et fort bien vu (belle musique, en plus) :

    D'après Ken Loach, le tournage s'est avéré relativement éprouvant pour l'acteur principal du film, qui a vraiment vécu tout ce dont il parle (Vladimir Vega, qui en est également le chanteur, le guitariste, et le compositeur). Ce que moi j'ai trouvé éprouvant, c'est de me voir rappeler des choses tellement atroces (dont j'ai eu connaissance avant même d'être pré-ado) que j'aurais préféré les savoir enfouies au fin fond de ma mémoire :
    Il y a des jours ainsi, comme le dit Zoun, du reste, où l'on n'a pas trop envie de se rappeler que l'on est vraiment "humain"...
    7) Alejandro González IÑÁRRITU (Mexique)
    (Le moment même)
    Alors là, pour moi, celui-ci, c'est le top du top de ce film, quoi, celui qui m'a complètement "scotché" dès la première vision... Pour tout dire, pour faire un truc aussi "barré" et provocateur, j'ai bien cru un moment que ce ne pouvait être que l'œuvre d'un verseau (tous renseignements pris, c'est un lion du 15 août, ce qui n'est pas si loin - c'est ce que l'on appelle notre "signe de la nuit", en fait : l'exact opposé, mais le même, quelque part).
    Raconter en quoi ces 11'09"01 sont aussi délirantes serait bien sûr gâcher totalement tout le plaisir de la découverte... Mais par un coup de chance absolument inouï, il se trouve justement que c'est pratiquement le seul extrait du film que l'on trouve facilement sous YOUTUBE, adoncques : Enjoy !
    Deux conseils (enfin non, trois) afin d'apprécier vraiment l'objet dans toute sa splendeur : 1) Regardez-le dans le noir le plus absolu 2) Mettez le son au maximum (et ne trichez surtout pas en le baissant au fur et à mesure !) 3) Attendez au moins trois ou quatre minutes avant d'appeler le service après-vente si votre ordinateur n'affiche plus aucune image !
    Et voilà, c'est parti :
    Pour moi, ça, c'est la définition même de la "classe", quoi, c'est tout de même devenu de plus en plus rare de vivre de telles "expériences" au cinéma (en espagnol - je me suis renseigné - on dirait plutôt un mec qui a des Cojones de locura !)...
    Minimaliste, mais parfait, brillant, intelligent, concis, bref, ça dit absolument tout à l'aide de deux seules images, PLUS la fameuse image "en plus" (mais la bonne, celle qu'il nous fallait, "La lumière de Dieu nous guide-t-elle, ou bien nous aveugle-t-elle ?") :
    Certes, bien qu'inaccoutumée, ce n'est pas complètement une idée nouvelle, puisque Kubrick (en 1968 !) avait été le premier à "scotcher" les spectateurs de son sublimissime 2001 avec, dès le début du film, presque trois minutes d'écran noir, avec en prime le seul géant Requiem de Ligeti (scène quasiment systématiquement coupée lors des diffusions TV, par peur du "zapping" des téléspectateurs) !
    Ce qui, en revanche, est assez nouveau (mais là, il faut de vraies oreilles de musicien !), c'est la conception canonique de la bande son à son début - c'est exactement construit comme une fugue, mais avec de simples voix, expérience déjà tentée en son temps à la radio canadienne par le très regretté Glenn Gould -, et sa logique en même temps toute "ravélienne" dans son ensemble, comme le gigantesque crescendo du fameux Boléro (et voici pourquoi je disais qu'il ne fallait absolument pas "tricher" pour rectifier le volume en cours de route, ce qui gâche vraiment tout)...
    Pour la petite histoire : 1) Ce court métrage (que pour ma part, je considère comme le plus "géant" du film) n'aurait jamais pu se faire sans l'amitié unissant Alain Brigand et Sean Pean - puisque c'est seulement grâce à la volonté de ce dernier que le réalisteur mexicain a finalement accepté de participer au projet 2) Apparemment, la pire "galère" sur ce petit film pratiquement sans image a été d'obtenir l'aval de tous les ayant-droits d'auteurs, pour les quelques soixante extraits parlés, sonores, ou musicaux, qui composent cette B.O.F absolument magistrale !!!
    Bref ! Je m'arrête, là (vu que tout le monde aura compris que c'était mon préféré absolu, tout à la fois symboliquement, musicalement, et "génialement" parlant) !
    8) Amos GITAÏ (Israël)
    (Le jour même)
    Alors celui-ci non plus, je ne l'avais pas trop aimé de prime abord (sans surprise, vu que j'avais détesté Kippour, pourtant "encensé" par la critique)... L'histoire d'une journaliste complètement infatuée de sa personne, en plein coeur d'un attentat à Jérusalem :
    Et qui petit à petit, finit par péter complètement les plombs en apprenant que, en ce 11 septembre 2001, personne n'en a plus rien à foutre, de son "petit" attentat local (thème très proche, donc, quelque part, de celui de Tanović) :
    Bon, j'adore toujours pas des tonnes, mais tout de même : un seul et unique plan-séquence de 11'09", ça se respecte, là, comme prouesse, non ?
    9) Mira NAIR (Inde)
    (Quelques mois plus tard)
    Très beau film, celui-ci, et dans une approche qu'aucun autre réalisateur n'a abordée : la vision des musulmans aux U.S.A après cet attentat. Avec en outre une attention aux détails et aux couleurs qui est assez rafraîchissante (je ne sais pas dans quelle mesure ceci peut être lié à la culture Pakistanaise ?) :

    La peinture assez noire d'un New York où tout le monde recherche un dénommé Salman (forcément, avec un prénom comme ça, ce ne peut être qu'un terroriste) :

    Avec au passage ce dialogue assez savoureux (et bien "piquant", quelque part), entre la mère de l'enfant disparu et l'agent du FBI qui enquête sur l'affaire :
    - Mais c'était un bon citoyen américain, regardez, il adorait les jeux vidéos et les films de science-fiction ... C'était un fan de Star Trek !
    - Ah, non, Madame... Ça, c'est Star Wars !
    Et cette conclusion, où enfin (Mea Culpa quelque peu tardif), l'on finit par réhabiliter la mémoire de ce musulman de 23 ans...
    10) Sean PENN (U.S.A)
    (Le moment même)
    L'un des très grands moments du film ! Pour tout dire, ça m'a complètement "bluffé" la première fois, et même à la quatrième, je trouve toujours ça aussi sublime ! Rien que sur le simple plan artistique : je crois ne jamais avoir vu de ma vie un court métrage exploitant pratiquement TOUTES les possibilités d'une caméra (de très loin, de très près, du haut, du bas, à l'envers, etc... Bref, quasiment du Scorsese, en seulement onze minutes !) :
    Plus on s'approche de la fin du film, et plus celui-ci devient "abstrait", en quelque sorte (dommage qu'il n'y ait eu que onze contributions, sinon, c'était quasiment une métaphore du Zodiaque !)... Ici, Sean Penn nous raconte juste l'histoire d'un vieillard un peu paumé, parlant tout seul, et qui n'arrête pas de préparer des robes pour sa femme décédée depuis longtemps :

    Et durant son sommeil, tandis que les fleurs chéries de son épouse se fanent en même temps que les deux tours s'effondrent (l'analogie marche encore bien mieux, en anglais : "Flowers/Towers") :
    La vie finit pourtant toujours par trouver son chemin :
    Avec cette dernière image magique : le vieil homme admiratif devant cette floraison, tandis qu'à gauche, l'on ne perçoit que comme une ombre (et grâce à la bande son) l'effondrement des deux tours :
    L'une des choses qui me marque le plus dans ce "petit grand" film, c'est en outre la polysémie des points de vue pertinents possibles - signe de presque tous les chefs-d'oeuvre... Pour Sean Penn, c'était avant tout une façon de dépeindre la compassion d'une façon moins factuelle, et plus universelle, de ce fait même... Une façon, selon ses propres dires, de clamer à quel point la perte d'un être cher est insupportable, que cette personne se soit éteinte sous les deux tours, ou bien d'un cancer, ou de simple vieillesse. Pour ma part (surtout dans les plans finaux), j'y vois aussi autre chose : le fait que l'on puisse choisir que ce monde - qui ne sera JAMAIS parfait, arrêtons de rêver ! - apparaisse dans toute sa laideur, ou au contraire dans toute sa beauté... Car tout n'est finalement qu'affaire de "regard" (et quelle plus belle leçon de la part d'un cinéaste) ? Merci Sean !
    11) Shohei IMAMURA (Japon)
    (56 ans auparavant)
    Si, comme je l'ai un peu avancé précédemment, ce film pourrait presque apparaître comme une métaphore Zodiacale, il est clair que la contribution très déroutante d'Imamura ne pouvait pas mieux figurer qu'en dernière place de cet Opus. Le film entier est entièrement construit à partir de ce poème de Majusi Ibuse :
    Sur une idée très étrange, a priori : celle d'un soldat démobilisé en 1945, qui depuis lors se prend pour un serpent, et ne fait que ramper au milieu des membres de sa famille :
    Le tout sur fond de contexte bien connu, Hiroshima (広島) :
    Toute la morale du film (et même, des onze films) pourrait tenir dans cet unique plan :
    Ben, euh... Oui, des fois, quoi...
    Et quand au plan final (Seisen na'n ka ari wa shinai : "Il n'y a pas de guerre sainte"), on ne sait trop quoi en penser :
    Car la symbolique du serpent est très différente, en orient et en occident : alors qu'à cause de la Bible, nous n'y voyons que le mal, en partie grâce à son phénomène de mue, le serpent représente en Asie plutôt un symbole positif, synonyme de longévité, de croissance et de prospérité...
    Ceci dit, Imamura sachant d'emblée qu'il s'adressait à un public mondial, je ne pense pas que cette dernière image soit innocente, finalement... "Il n'y a pas de guerre sainte", certes, vivons tant qu'on le peut dans le bonheur, l'opulence et la léthargie... N'empêche que le serpent, lui, ne dort jamais, et vous tient toujours un petit truc bien sympa derrière le coude !!!
    J'aurais certes encore plein de choses à rajouter, notamment au niveau formel ou des rapports entre certains films, mais bon... Là, un peu de patience, ça viendra peut-être dans les jours à venir (au mieux !)... Mais je vais le faire, ne vous inquiétez pas !
    Par contre, et vu qu'on est en plein festival de Cannes, je vais essayer de vous dresser mon propre palmarès (dur, dur !) :
    1) Iñárritu (mais vous le saviez déjà, XD !
    2) Penn
    3) Loach
    4) Lelouch
    5) Imamura (Ex-aequo de 5 à 8, en fait)
    6) Makhmalbaf
    7) Tanović
    8) Nair
    9) Ouedraogo (Prix spécial du public) !
    10) Gitaï
    11) Chahine (Mais vous le saviez déjà aussi) !
    Merci d'avance pour les commentaires !

    Libellés : , , , , , , , , , ,

    22 Comments:

    Blogger Tania K6 said...

    Wow! On peut dire que tu t'ai bien appliqué sur celui-là! CHAPEAU!
    En tout cas, ca me donne vachement envie de le voir!
    Dommage que celui deYoussef Chahine soit mauvais... Et pour la petite infos, l'annonce de sa conférence au lendemain d 11 septembre indique le nom d'un hotel au Liban (à Byblos): Byblos-Sur-Mer et c'est écrit tout juste en bas Liban en arabe (Loubnan).

    mercredi, 23 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bon, je te le prêterai, t'inquiète pas...
    Et oui, j'ai bien vu que c'était filmé à Byblos. Et justement : quel réalisateur est capable d'aller à Byblos pour n'en filmer que ça ??? C'est comme montrer Paris à l'aide du Concorde-Lafayette, quoi...
    Un crime, en quelque sorte...

    mercredi, 23 mai, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    Oui je me souviens c'était absolument génial. Je garde en mémoire celui de Sean Penn qui m'avait bien marquée...

    Pauline

    mercredi, 23 mai, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    Bon, re-tentative de commentaire, très constructif d'ailleurs :

    ce post donne très envie de voir le film ! Voilou

    Touille

    mercredi, 23 mai, 2007  
    Anonymous Anonyme said...

    TU AS EU RAISON..........POUR MOI IL Y A QUE 3 FILMS FORMIDABLES ......SEAN ET DIEU NOUS AVEUGLES OU IL NOUS ILUMINE ET LE FILM BOSNIAQUE........MERCI GRACE A TOI J-AI DECOUVERT DES REALISATEURS PEUX CONNU..........JE T EMBRASSE R.

    mercredi, 23 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Haha, "R" (je sais qui c'est, moi !), bah on a à peu près les mêmes goûts, finalement...

    Entre verseaux, XD !

    vendredi, 25 mai, 2007  
    Anonymous zoun said...

    Houla, quand j'ai vu la taille de l'article, je me suis dis que je n'allais pas tout lire, mais survoler...


    eh ben finalement tu sais quoi?

    J'ai tout lu!

    Quand tu aimes quelques choses tu sais le communiquer..


    J'ai jamais vu ce film, et je suis passé à côté parce que tout ce qui touché au 11/11/02 commençait à me gaver!

    Ok c'est affreux et blablabla

    je n'ai rien contre les americains, mais bon, chaque jour y aa des trucs plus affreux et tous le monde s'en fout.. et ça ça m'énerve..

    Mais de la façon dont ces courts métrages ont l'air d'être traités, ben ça donne envie..


    surtout celui de Loach, pour la bonne et simple raison que je suis content qu'on parle du 11 septembre Chilien, qui s'est passé bien avant le 11 septembre américain, et dont peu de gens parlent (évidemment, les américains ont aidé à installer un dictateur bien de droite dans un pays où le peuple avait voté pour un gars bien de gauche, mais ça n'arrangeait pas le business des ricains)C'est sûr, deux tours qui tombent c'est impressionnant, spectaculaire, mais un dictateur qui reste des années et qui ne sera jamais puni pour tous le sang qu'il a sur les mains, c'est banal..

    enfin bref, ne nous énervons pas...

    Moi, le 11 septembre, je sortais avec Zoulika, une musulman, on étaient les deux dans le salon (à faire quelque chose...) la télé est allumé, soudain flash spécial etc.. on voit les deux tours, sa première phrase: "bien fait pour leurs gueules" (je ne partage pas cette opinion, même si je la comprend), je l'ai regardé et je lui ai dit:
    " tu ne réalises pas la portée de cet évènement! Maintenant vous allez en prendre plein la gueule!"

    Le 11 septembre à fait plus de dégâts dans les autres pays que sur le sol américain
    ... regardez l'irak par exemple..
    non?


    Bon allez, j'arrête de parler politique ça me va pas!

    samedi, 26 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    "Houla, quand j'ai vu la taille de l'article, je me suis dis que je n'allais pas tout lire, mais survoler..."
    Arf, nan, j'déconne...
    Mais c'est vrai que c'est pas vraiment un film "sur" le onze septembre, mais plutôt "autour" ou "à partir de", c'est ça qui en fait le très grand intérêt.
    Tous les autres que j'ai pu voir sont mauvais (celui de Stone), voire carrément nuls (Flight 93).
    Autant revoir "la Tour Infernale", ça, au moins, c'était bien foutu, dans le genre, LOL !!!

    dimanche, 27 mai, 2007  
    Anonymous zoun said...

    Ah , au fait, y a un "s" ("mes tentatives d'analyses) !
    (Bon, tu peux supprimer ce comment, une fois rectifié, bien sûr !)
    ^-^

    dimanche, 27 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Rhooh, le chien (mais il mord, avec ça !!!)...
    Non, ça se défend, là, je crois...
    "Mes tentatives d'analyse" ou "mes tentatives d'analyses", je dirais, a priori : les deux versions sont bonnes (il me semble)...
    Donc, je laisse tel quel, en résumé !

    dimanche, 27 mai, 2007  
    Anonymous zoun said...

    LOOOL!!

    je l'aurai un jour
    je l'aurai!

    lundi, 28 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ha ha, on a la même culture, on dirait ?

    lundi, 28 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Comment ça s'appellait, cette série, déjà (j'ai un trou) ? Ah si, voilà, ça me revient : PALACE, de Jean-Michel Ribes, je crois, majoritairement...
    Ouais, y avait des trucs très nuls, mais aussi des trucs géniaux, je me souviens...

    lundi, 28 mai, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    La grande époque de Canal +, quoi...

    lundi, 28 mai, 2007  
    Anonymous zoun said...

    Exact! Palace!
    Avec Valerie Lemercier, Jean Carmet et d'autres..

    lundi, 28 mai, 2007  
    Anonymous romy said...

    Très chouette blog!!!
    je reviendrai... @bientôt

    mercredi, 11 juillet, 2007  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci !

    jeudi, 12 juillet, 2007  
    Anonymous adil said...

    Bonjour
    très beau blog et il est très bien fait.
    vraiment bravo

    jeudi, 14 février, 2008  
    Anonymous Elisa said...

    Génial Vincent!
    Très bon partage :)
    Bizzz

    jeudi, 14 avril, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Elisa@ : Merci beaucoup de ton compliment... Et très bon voyage à New-York (vu que je sais que tu y es en ce moment, lol) !

    jeudi, 14 avril, 2011  
    Anonymous Elisa said...

    Joyeuses fêtes Vincent!
    Tout le bonheur pour toi et tes proches:)
    Bisous de l´Argentina
    Elisa

    mercredi, 30 décembre, 2015  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci, Elisa...

    Tu as les gros bisous de Paris, de ma part...

    vendredi, 01 janvier, 2016  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home