L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • vendredi, avril 01, 2016

    INGLOURIOUS BASTERDS (TARANTINO)

    Joli cadeau d'anniversaire (for me) !
    Le DVD du dernier film absolument géantissime de Quentin Tarantino, que j'ai déjà regardé cinq ou six fois à la suite depuis le 29 janvier, malgré sa durée de deux heures et demie... Un film tellement génial qu'il me pousse finalement à faire revivre ce Blog, vaguement abandonné depuis près d'un an, et que je tente enfin de faire redémarrer - dans un premier temps grâce à toutes ces photos qui ne sont absolument pas dues à ma vision et à mes "recaptures" très patientes & très longues du film sur mon PC, mais à l'offre généreuse de Al Capitaine, dont le Blog de cinéma est extrêmement riche et varié !
    Un film très différent des précédents de Tarantino, presque tous basés sur des remontées ou des alternances dans le temps rendant quasiment toujours indispensable une seconde lecture, sauf son film initial (Reservoir Dogs, chronologique & au tout premier degré), et son ultra-célèbre avant-dernier Boulevard de la Mort, lui-aussi extrêmement régulier du début jusqu'à la fin, même si très franchement au second degré (sinon plus, XD !)...
    Difficile de parler d'Inglourios Basterds sans faire en même temps un Spoiler, alors je préfère vous en prévenir d'avance !
    Un film qui se déroule dans trois de nos pays d'Europe (Allemagne, Angleterre & France) durant la seconde guerre mondiale, à commencer par le nôtre, où l'on découvre de prime abord le "sympathique" Colonel Hans Landa (Christopher Waltz), polyglotte et discutant "gentiment" en Français, puis en Anglais avec le fermier Perrier Lapadite (Denis Ménochet) :
    Jusqu'à ce que son souriant visage se fige peu à peu d'une façon très inquiétante :
    Histoire que l'on comprenne sa "réelle" volonté... Celle de retrouver toute une famille Juive apparemment cachée dans la cave de Monsieur Lapadite :
    Ce qu'il va bien sûr ne pas hésiter à faire, se remettant cette fois-ci à sa langue originelle pour appeler tous ses soldats aux fins de massacrer toute la cave (sauf bien sûr une petite jeune fille d'une vingtaine d'années, Shosanna Dreyfus, la seule qui va réussir à s'enfuir et sauver sa peau lors de cette scène assez tragique) :
    L'un des phénomènes particuliers de ce film réalisé par un Américain (absolument à voir en V.O !!!), c'est que toutes les langues d'Europe durant cette guerre ont été utilisées pour de bon par les acteurs... Ce qui n'est JAMAIS le cas aux USA, normalement, entre autres dans le génial film Marie Antoinette de Sofia Coppola, qui tout en se passant quasiment dans les mêmes pays, reste quasiment parlé en Américain d'un bout à l'autre !
    Lors de la seconde "hénaurme" scène, l'on va bien sûr très brièvement rencontrer ce tristement célèbre personnage, inutile de le présenter (avec en prime son fameux dialecte Bavarois, pas spécialement facile à comprendre, pour les amateurs) :
    Mais surtout le groupe de "Basterds" responsable du titre, des Américains dont le chef "Apache" Aldo Raine n'est autre que le célèbre Brad Pitt :
    Un excellent acteur, dont pourtant dans ce film le maquillage et la petite moustache m'ont fait irrésistiblement penser à la tête de Bill Paxton dans le très drôle True Lies de James Cameron (serait-ce volontaire ?) :
    Sauf que sa volonté de buter et de scalper les Nazis s'avère d'une pure violence - et parfois même au second degré, comme si Tarantino avait eu quelque part du mal à s'en priver à 100%, lol !
    Exactement comme lorsqu'il présente d'un seul coup le sergent d'origine Allemande, mais rangé de leur côté (Hugo Stiglitz, interprété par Til Schweiger), et ne peut s'empêcher de se soumettre à sa vieille habitude, autrement dit sa passion absolue pour les titres jaunes :
    Bref... Là encore, une scène relativement traumatisante, que je vais essayer de ne pas vous dévoiler outre mesure (mais dont vous allez sans doute deviner les conséquences) :
    Arrivé environ à la moitié du film, nous nous retrouvons enfin à Paris dans un petit cinéma tenu par Emmanuelle Mimieux - en réalité la toute jeune Shosanna Dreyfus qui s'était enfuie de la cave au tout début du film (très bien interpétée par l'actrice Française Mélanie Laurent) :
    Une fort belle actrice (hahaha, une Verseau !) qui va se révéler très vite "draguée" par le Caporal Frederick Zoller :
    Lequel va tout faire pour persuader à son tour le Docteur Joseph Goebbels d'adopter le cinéma d'Emmanuelle Mimieux pour une vaste soirée privée réservée aux Nazis - avec un petit double détail assez amusant, vu de mon côté : c'est que l'article Julie Dreyfus, la traductrice personnelle de Goebbels, joue déjà le même rôle dans le premier Kill Bill (en traduisant l'Anglais en Japonais), et qu'en prime, il s'agit également d'une actrice Verseau, née cette fois-ci le même jour que moi, le 24 janvier, lol !
    Que dire de plus ? Et bien d'une part, que le très pervers Colonel Hans Landa (Christoph Waltz), responsable du carnage au tout début du film, va toujours hélas s'avérer extrêmement présent :
    Et que d'autre part, les scènes finales font devenir de plus en plus complexes, faisant tout d'abord intervenir les services secrets Britanniques :
    Pour ensuite se déplacer dans un petit village de province, avec entre autres la fameuse Bridget von Hammersmark (Diane Kruger), actrice non seulement réelle, mais aussi en tant que personnage du film :
    Une scène particulièrement "hard", où presque toutes les langues vont se trouver parlées en même temps, et où tout va se dégrader d'une façon particulièrement incontrôlable :
    Inutile que j'en dise plus, histoire de stopper un tout petit peu mon Spoiler, et de vous laisser vaguement imaginer la suite :
    Sinon pour juste préciser cette chose très importante : le fait que la scène (presque) finale va se trouver quelque part calquée sur celle-ci, mais bien sûr multipliée par dix ou par cent, avec cette fois-ci la mort totalement imprévisible de Goebbels et de Hitler, entre autres (ce qui m'a permis, au passage, de découvrir et de comprendre le terme uchronique utilisé par Wikipédia) :
    Ainsi qu'une autre chose, ultra-fascinante vue de mon propre point de vue de musicien : c'est que quelque part, l'on pourrait quasiment qualifier ce film de forme cyclique, une forme assez rarement utilisée en musique (sauf par le mystique César Franck du XIXème siècle), mais souvent divisée en trois grosses parties (tel que ce film), et où l'ultime section reprend toujours les thèmes des deux premières pour les faire se superposer et - éventuellement - les faire se réconcilier...
    Ce
    qui, bien sûr, est absolument le cas de Tarantino, sauf qu'à la suite de sa forme cyclique particulièrement réussie, il semble avoir pris une sorte de malin plaisir à rajouter une sorte de conclusion au douzième degré, très courte, mais dont cette fois-ci je ne révèlerai rien à l'avance, promis !
    Bref, un film absolument hallucinant, à voir et à revoir un nombre incalculable de fois, d'autant plus pour les Européens tels que nous, je trouve !
    En tout cas, juste un petit rappel de ma citation du début : c'est que si jamais cet article vous a plu, il vous faudra au minimum en remercier l'autre Blogueur de cinéma Al Capitaine à 50% (notamment pour toutes les photos qu'il m'a offertes, venant de l'un de ses articles sur le même thème de Inglourious Basterds)... Vu que de son côté, il publie quasiment un article par jour (ou au pire, tous les deux jours), j'espère que sa générosité me donnera enfin envie de me remettre pour de bon à mon propre Blog de cinéma - que j'adorais énormément faire, mais qui me prenait toujours un temps fou par article, notamment à cause de la très fatiguante capture des images et de leur "retravail", lol !
    P.S : Un petit & joyeux "défouloir" à voir ici, concernant le fameux fétichisme de Tarantino au sujet des pieds féminins... Ce qui, je l'espère, compensera cette analyse plutôt sombre de ce film "très noir" !




    Libellés : , , , ,

    14 Comments:

    Blogger Sire Al Capitaine II said...

    Ça promet...!

    mardi, 22 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Thanks ! Bien sûr que je l'espère...
    Sauf qu'en ce moment, j'ai hélas assez peu de temps libre pour me consacrer à mes quatre Blogs, d'autant qu'il me reste à peu près le même nombre d'articles à finir dans tous les sens, XD !
    Mais ne t'inquiète pas... Tout ceci va finir par arriver pour de bon très bientôt, lol !

    mardi, 22 février, 2011  
    Blogger Sire Al Capitaine II said...

    Je suis vraiment content que tu marques ton retour sur "Le Cinéma de Vincent" !

    Longue vie à ce blog !!!

    mardi, 22 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci du compliment... Mais surtout, merci à toi pour toutes les photos !

    mercredi, 23 février, 2011  
    Anonymous sabine said...

    "(très bien interpétée par l'actrice Française Mélanie Laurent)" on a pas du voir le même film...
    sérieusement j'aime bcp Mélanie Laurent mais dans ce film c'est une calamité.

    je l'ai vu une fois cela m'a suffit.

    vendredi, 25 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et pourtant... Comme je l'ai déjà dit dans l'article, ce film est exactement tel une complexe Symphonie de Bruckner, Brahms ou Mahler : autrement dit, à voir une fois, dix fois, cent fois, pour le trouver de plus en plus géantissime !
    Je préfère ceci 712 fois à des pièces ultra-simples comme le Boléro de Ravel ou le fameux film Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, pièces que certes je trouvais "géniales" la toute première fois... Mais déjà très "gavantes" la seconde, sans parler de la troisième, qui à mon avis ne vaut déjà même plus le coup, lol !

    vendredi, 25 février, 2011  
    Blogger Sire Al Capitaine II said...

    Hier soir avait lieu la traditionnelle cérémonie des Césars. Tarantino a reçu le César d'Honneur. Très grand moment d'émotion, de joie, mes poils se sont levés, j'ai été tout simplement impressionné par Monsieur Tarantino ! Un très bel hommage du cinéma français à l'un des plus grands réalisateurs au monde (je le classe dans mon top 5).

    Merci à toi Vincent, et bon courage pour ce blog !

    samedi, 26 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Argh, mon neveu Rémy de bientôt 19 ans y participait (en tant que futur ingénieur du son), et a croisé Quentin Tarantino à un mètre de distance, lol !
    Putain, j'aurais bien aimé être à sa place - d'autant plus qu'il paraît qu'il était très sympa et très cool...
    En tout cas, surtout merci à toi pour toutes les photos, et promis, je vais tenter de faire revivre ce Blog pour de vrai !

    samedi, 26 février, 2011  
    Anonymous Rémy said...

    Héhé ! Et ouuuui, je crois enfin en Dieu, vu que je l'ai vu de mes propres yeux ! Quentin Tarantino ! Effrayant bonhomme, très humble et rigolo, adorable avec tout le monde !

    Voila une petite photo, prise par moi-même après la cérémonie, du fameux Q. discutant avec Tomer Sisley..

    http://www.hiboox.fr/go/images/divers/tarantino,d324bd8ce6acb62d768aab175513f9c3.jpg.html

    "Et vive le cinéma !"

    samedi, 26 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et oui, mine de rien, c'est un sacré Bélier, tout comme Johann Sebastian Bach...
    Merci pour ta photo, il faudra juste que je t'apprenne un jour "oralement" le tout petit code HTML indispensable pour mettre les liens directs, ce que l'on ne peut malheureusement pas faire directement, ni même par mail, snif !

    samedi, 26 février, 2011  
    Blogger Sire Al Capitaine II said...

    Putain le bol !

    samedi, 26 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    C'est sûr... Moi aussi, j'aurais bien aimé être à sa place, lol !

    samedi, 26 février, 2011  
    Anonymous Elisa said...

    C´est la saison des Oscars, même sur ton blog Vincent, bravo.
    J´ai adoré. En fait, j´aime les films de Tarantino, notamment Pulp Fiction et la saga de Kill Bill (oui, je l´aime beaucoup)
    Merci pour ton article.
    Bon week end mon ami

    dimanche, 27 février, 2011  
    Blogger Vincenttheone said...

    Thanks, Elisa !
    Moi aussi, j'adore tous ses films... Et Tarantino va sûrement connaître la même destinée, au hasard, que Shakespeare, Mozart ou Kubrick, autrement dit rester connu non seulement 10 ans, mais sûrement 100 ans (et pourquoi pas, 400 ou 500 ans, lol) !

    dimanche, 27 février, 2011  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home