L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • dimanche, mars 01, 2015

    PSYCHOSE (HITCHCOCK)

    Bon. Je pars du point de vue immédiat que ce film, qui bien qu'en 4/3 et en noir et blanc, soit une bonne année après La Mort aux Trousses et deux années à la suite de Vertigo, reste totalement connu du grand public, et peut-être toujours totalement respecté comme film d'horreur diablement efficace. C'est bien sûr une façon de rendre hommage à Alfred Hitchcock, mais avant même de parler de lui, rendez-vous avec le générique encore signé Saul Bass, très différent de celui de Vertigo, mais toujours aussi efficace :
    Attention, ceci reste malheureusement assez illisible (du moins, lorsque l'on se trouve hors d'un DVD), mais cette dernière mention est celle de Bernard Herrmann, dont je reparlerai d'ici peu. En attendant, je me consacre aux trois crimes commis par le très connu Anthony Perkins, surtout devenu célèbre grâce à ce film, et qui joue là un rôle assez complexe de tueur "gentil", pratiquement impossible à reconnaître si l'on n'a pas les informations néccessaires. Commençons donc avec le tout premier :
    
    Puis poursuivons avec le second, qui se révèle être le meurtre d'un détective privé, mais semble extrêmement efficace vu du sommet de l'escalier, accompagné à cette occasion par la musique géniale de Bernard Herrmann, qui rappelle très fortement celle de Alban Berg, pour les vrais amateurs du genre :
    Et terminons enfin avec le dernier, qui n'en est peut-être pas un, puisque Anthony Perkins se trouve arrêté, tout juste déguisé en femme, mais qui n'en reste pas moins le plus efficace des trois, surtout dans la sorte de cave où il croit avoir lieu :
    Une fois pris, Anthony Perkins disparaît un bon bout de temps, histoire de laisser son psychiatre Richmond (Simon Oakland) nous parler un petit peu de lui :
    Mais c'est juste un prétexte de mieux se sortir de la fin de cette histoire, où nous verrons pour la dernière fois Anthony Perkins en train de se faire passer pour sa propre mère, d'abord sous un simple plan intellectuel, mais finalement en pure contamination physique, ce dont Alfred Hitchcock s'est très bien occupé, en tant qu'ultime image de ce film :
    
    Peut-être m'accuserez vous de faire un Spoiler, mais c'est oublier à quel point je vous ai parlé de la chose, non ? En tout cas, je vais consacrer la seconde moitié de ce Post à tout ce qu'Alfred Hitchcock nous a apporté de nouveau en 1960, et qui si mes souvenirs sont bons, reste toujours extrêmement surprenant, à commencer par ce plan sous le menton d'Anthony Perkins :
    Ou encore par ces images vues lors du premier meurtre, qui restent admirablement précises dans toutes leurs petites options - là, croyez-moi, tout juste si l'on se demande si Alfred Hitchcock ne serait pas vaguement meurtrier sur les bords, tant qu'à faire :
    
    Mais il reste encore beaucoup de choses vues dès le début de film, qu'il s'agisse du changement étonnant de voiture voulu par Marion Crane (Janet Leigh) :
    De son unique rencontre avec un policier, qui fait bien flipper :
    Ou encore de cette sublime vision sur l'argent qu'elle n'est pas encore sûre de voler, mais rien qu'à voir ce plan, on a déjà une sorte d'envie très forte :
    Comment conclure ce Post ? Et bien tout simplement, en hommage à Alfred Hitchcock, par les très nombreuses visions sur l'appartement de la mère, qui vont du noir le plus ténébreux au blanc le plus visible, ceci au fur et à mesure du développement du film :
    Génial, non ? Je suis à peu près sûr que vous en pensez la même chose, et c'est la raison pour laquelle je vous remets tout d'abord le lien concerné par Wikipédia sur Alfred Hitchcock, mais aussi ceux sur Anthony Perkins, l'acteur principal, Bernard Herrmann, le compositeur, et Saul Bass, le responsable de quasiment tous les génériques. Est-ce étonnant, après cela, que le film ait été très bien classifié en 1961, gagnant quatre Oscars et un Golden Globe Award ? Non, absolument pas, je trouve... Et si ce film reste toujours aussi scotchant plus de cinquante ans après sa sortie, je pense qu'il y a de vraies bonnes raisons !

    Libellés : , , , , , ,

    14 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    Très bel hommage à Hitchcock. Bravo ! C'était pas facile comme exercice vu que tout le monde connaît le film. Est-ce les dernières versions de DVD qui t'ont inspiré ? Tu le dis pour Vertigo mais pas pour celui-ci...
    A quand Les Oiseaux ?
    Sabichan

    jeudi, 11 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci beaucoup !
    Il est possible, effectivement, que les dernières versions de DVD m'aient inspiré... En tous cas, c'est vrai pour Vertigo, où je trouve que le second DVD, celui des bonus, est vraiment excellent !
    Par contre, à quand Les Oiseaux ? Et bien, je ne sais pas encore, mais au moins, j'ai le DVD, c'est l'essentiel, n'est-ce pas ?

    jeudi, 11 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    Un chef-d'oeuvre du cinéma horrifique. le classique par excellence !

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Voilà... Rien à dire de mieux, en résumé !

    samedi, 13 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    Je la trouve intéressante ton analyse.

    dimanche, 14 octobre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Brillant, Vincent! Moi qui suis suffisamment Fan de HItchcock pour avoir acheté ses entretiens avec François Truffaut. Un livre passionnant car c'est la conversation entre deux techniciens du cinéma. Ce n'est pas rébarbatif et Hitchcock parle aussi de ses relations avec les femmes relations centrales sur son oeuvre. (Ouille ouille ouille!). Je n'avais pas souvenir du lien avec l'Armée des douze Singes. Il faudra que je me rachète ce film.
    Bravo.
    Fredlelaà442

    lundi, 15 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Ah oui, ça, c'est un film à avoir, quoiqu'il arrive, chez soi... En tous cas, merci de m'avoir fait les photocopies, je vais commencer à les lire dès que possible !

    lundi, 15 octobre, 2012  
    Anonymous Chah said...

    Ce film m'a glacée d'effroi, et je me suis comme toi, posé des questions sur les véritables mobiles d'Hitchcock: il faisait des films pour exorciser son envie de tuer, non? tuer des femmes, surtout? Bref, il devait être bien malsain. Le gros plan sur le visage de Marion morte est obscène... avec cet oeil bovin qui nous regarde, c'est horrible.
    Je me souviens des nombreux oiseaux empaillés; d'ailleurs sur une des photos que tu as choisies (Marion espionnée par l'oeil-de-boeuf), on voit ses oiseaux encadrés. Bel article en tout cas!

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci beaucoup pour tes compliments !
    C'est vrai que Hitchcock n'y allait pas très tendrement, sur ce coup... Mais ceci lui est très bien allé, je veux dire, financièrement parlant !

    mardi, 16 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    Je t'invite à lire mon article sur PSYCHOSE : http://jacques-henry-jacquart.blogspot.fr/2012/05/psychose.html

    mercredi, 17 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et voilà, ça y est, je l'ai lu... Même si c'est (un peu) plus court que le mien, je trouve que c'est un très bon article !

    mercredi, 17 octobre, 2012  
    Anonymous Ccil said...

    C'est marrant que tu finisses l'article sur les images de la maison, j'allais justement te suggérer l'exposition Edward Hopper au Grand Palais : une de ses toiles a inspiré Hitchcock pour la demeure de la mère.

    (Hopper et le cinéma : http://www.telerama.fr/cinema/edward-hopper-des-toiles-aux-toiles-et-vice-versa,60882.php )

    mercredi, 17 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    C'est sûr, il est vachement bien, ce lien que tu cites (je conseille d'ailleurs à tout le monde de le regarder, pour les 12 minutes que ça dure)... Pour diverses raisons de santé, je ne peux sûrement pas aller à l'exposition Edward Hopper ; mais je suis sûr et certain que j'aurais beaucoup aimé !

    jeudi, 18 octobre, 2012  
    Anonymous Francois said...

    Tiens tiens un Vincent sur le web. ça fait toujours autant de bien :-) Un Tenor du Japon (en ce moment)

    lundi, 02 mars, 2015  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home