L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • samedi, novembre 02, 2019

    J'EN AI VRAIMENT MARRE...

    Oui, que dire de plus, je vous le demande…
    LAISSEZ UN COMMENTAIRE, vous n'avez même plus besoin de cliquer sur la ligne ci-dessus, la liste complète est tout bêtement ici...
    Et n'oubliez pas de vous rendre sur La Cité de la Peur, dont le concours dure jusqu'au premier décembre !

    1) Par titre de film :

    ABSOLUTE POWER (EASTWOOD)
    ABYSS (CAMERON)
    AFFLICTION (SCHRADER)
    ALIEN (SCOTT)
    - ALIENS (CAMERON)
    ALIEN 3 (FINCHER)
    ALIEN, LA RESSURECTION (JEUNET)
    ALIEN : LE RETOUR (SCOTT)
    AMERICAN HISTORY X (KAYE)
    APOCALYPSE NOW (COPPOLA)
    APPARITIONS (SHADYAC)
    L'ARMEE DES DOUZE SINGES (GILLIAM)
    AVIATOR (SCORSESE)
    AVP (ANDERSON)
    BADLANDS (MALICK)
    BAD LIEUTENANT (FERRARA)
    BIRD (EASTWOOD)
    THE BIRDS (HITCHCOCK)
    BLACK SWAN (ARONOFSKY)
    BLEEDER (WINDING REFN)
    BLOOD DIAMOND (ZWICK)
    BLOW OUT (DE PALMA)
    BLUES BROTHERS (LANDIS)
    BODY SNATCHERS (FERRARA)
    BONE COLLECTOR (NOYCE)
    BORAT (CHARLES)
    BORN ON THE FOURTH OF JULY (STONE)
    BOSTA (ARACTINGI)
    BOULEVARD DE LA MORT (TARENTINO)
    THE BOURNE IDENTITY (LIMAN)
    BRINGING OUT THE DEAD (SCORSESE)
    BUENA VISTA SOCIAL CLUB (WENDERS)
    CASABLANCA (CURTIZ)
    CAPRICORN ONE (HYAMS)
    CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE (BURTON)
    CHASSEUR BLANC, COEUR NOIR (EASTWOOD)
    LA CITE DE LA PEUR (BERBERIAN)
    COLLATERAL (MANN)
    CONTACT (ZEMECKIS)
    CRASH (CRONENBERG)
    CUBE (NATALI)
    LA DAME DE SHANGHAI (WELLES)
    DANCER IN THE DARK (VON TRIER)
    DEAD RINGERS (CRONENBERG)
    DEAD ZONE (CRONENBERG)
    LA DECHIRURE (JOFFE)
    THE DEER HUNTER (CIMINO)
    LE DERNIER ROI D'ECOSSE (MAC DONALD)
    2001, ODYSEE DE L'ESPACE (KUBRICK)
    DIRTY HARRY (SIEGEL)
    DOCTEUR FOLAMOUR (KUBRICK)
    DOGVILLE (VON TRIER)
    DOLLS (KITANO)
    EASY RIDER (HOPPER)
    L'ECHELLE DE JACOB (LYNE)
    ELEPHANT (VAN SANT)
    EN QUATRIÈME VITESSE (ALDRICH)
    EYES WIDE SHUT (KUBRICK)
    eXistenZ (CRONENBERG)
    FAST AND FURIOUS (COHEN)
    FAUX SEMBLANTS (CRONENBERG)
    LA FIN DE FREDDY (TALALAY)
    FINAL CUT (NAIM)
    FINAL FANTASY (SAKAGUCHI)
    FLAGS OF OUR FATHERS (EASTWOOD)
    THE FLY (CRONENBERG)
    FRANKENSTEIN (BRANAGH)
    FREDDY'S DEAD : THE FINAL NIGHTMARE (TALALAY)
    FREDDY SORT DE LA NUIT (CRAVEN)
    FREDDY VS FREDDY (CRAVEN)
    FRIDA (TAYMOR)
    FULL METAL JACKET (KUBRICK)
    GERRY (VAN SANT)
    GHOST DOG (JARMUSCH)
    GRAN TORINO (EASTWOOD)
    HARD CANDY (SLADE)
    HEAT (MANN)
    UNE HISTOIRE VRAIE (LYNCH)
    A HISTORY OF VIOLENCE (CRONENBERG)
    HONKYTONK MAN (EASTWOOD)
    INGLORIOUS BASTERDS (TARENTINO)
    INTACTO (FRESNADILLO)
    IWOJIMA KARA NO TEGAMI (EASTWOOD)
    LA JETEE (MARKER)
    KILL BILL (TARENTINO)
    KILL BILL 2 (TARENTINO)
    KILLER'S KISS (KUBRICK)
    THE KING OF NEW YORK (FERRARA)
    LAST ACTION HERO (MC TIERNAN)
    LENINGRAD COWBOYS (KAURISMÄKI)
    LETTRES D'IWO JIMA (EASTWOOD)
    LOST HIGHWAY (LYNCH)
    LOST IN TRANSLATION (S.COPPOLA)
    LUCY (BESSON)

    MARIE-ANTOINETTE (S.COPPOLA)
    LA MEMOIRE DANS LA PEAU (LIMAN)
    MEMOIRES DE NOS PÈRES (EASTWOOD)
    MINUIT (EASTWOOD)
    MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN ET DU MAL (EASTWOOD)
    LA MÔME (DAHAN)
    LE MONDE DE NEMO (PIXAR)
    LE MONDE PERDU (SPIELBERG)
    LE MONOCLE RIT JAUNE (LAUTNER)
    LA MORT AUX TROUSSES (HITCHCOCK)
    LA MOUCHE (CRONENBERG)
    MULHOLLAND DRIVE (LYNCH)
    MYSTIC RIVER (EASTWOOD)
    NATURAL BORN KILLERS (STONE)
    NE UN 4 JUILLET (STONE)
    NEW NIGHTMARE (CRAVEN)
    NORTH BY NORTHWEST (HITCHCOCK)
    LES OISEAUX (HITCHCOCK)
    11'09'01 (COLLECTIF)
    PARANOID PARK (VAN SANT)
    LA PASSION DU CHRIST (GIBSON)
    PATHS OF GLORY (KUBRICK)
    PATTON (SCHAFFNER)
    A PERFECT DAY (JOREIGE)
    PHONE BOOTH (SCHUMACHER)
    PI (ARONOFSKY)
    PLANET TERROR (RODRIGUEZ)
    PLEASANTVILLE (ROSS)
    LES PLEINS POUVOIRS (EASTWOOD)
    POINT LIMITE ZERO (SARAFIAN)
    PREDATOR (MC TIERNAN)
    PREDATOR 2 (HOPKINS)
    PRINTEMPS... (KIM)
    PROVA D'ORCHESTRA (FELLINI)
    PSYCHOSE (HITCHCOCK)
    RAMBO (KOTCHEFF)
    REDRUM (MARKLE)
    LA RELEVE (EASTWOOD)
    REQUIEM FOR A DREAM (ARANOFSKY)
    LE SALON DE MUSIQUE (RAY)
    LA SANCTION (EASTWOOD)
    SAW (WAN)
    SCARFACE (DE PALMA)
    SEVEN (FINCHER)
    SOLARIS (SODERBERGH)
    SOMEWHERE (S.COPPOLA)
    SONATINE (KITANO)
    SOUTH PARK (PARKER)
    SPEED (DE BONT)
    SPIDER (CRONENBERG)
    STARSHIP TROOPERS (VERHOEVEN)
    STAR WARS (LUCAS)
    SUDDEN IMPACT (EASTWOOD)
    THE SUMMER OF SAM (LEE)
    TAMPOPO (ITAMI)
    TERMINATOR (CAMERON)
    TERMINATOR 2 (CAMERON)
    A TOMBEAU OUVERT (SCORSESE)
    TWELVE MONKEYS (GILLIAM)
    TWISTER (DE BONT)
    UNIVERSAL SOLDIER (EMMERICH
    VANISHING POINT (SARAFIAN)
    VERTIGO (HITCHCOCK)
    VIDEODROME (CRONENBERG)
    THE VILLAGE (SHYAMALAN)
    VIOLENT COP (KITANO)
    VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER (CIMINO)
    WHITE HUNTER, BLACK HART (EASTWOOD)
    WOLFEN (WADLEIGH)
    THE WRESTLER (ARONOFSKY)
    X-FILES (BOWMAN)
    X-FILES : COMBATTRE LE FUTUR (BOWMAN)
    ZATOICHI (KITANO)

    2) Par réalisateur :
    ANDERSON (AVP)
    ARACTINGI (BOSTA)
    ARONOFSKY (BLACK SWAN)
    ARONOFSKY (PI)
    ARONOFSKY (REQUIEM FOR A DREAM)
    ARONOFSKY (THE WRESTLER)
    BERBERIAN (LA CITE DE LA PEUR)
    BESSON (LUCY)
    BOWMAN (X-FILES)
    BOWMAN (X-FILES : COMBATTRE LE FUTUR)
    BRANAGH (FRANKENSTEIN)
    BURTON (CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE)
    CAMERON (ABYSS)
    CAMERON (ALIENS)
    CAMERON (TERMINATOR)
    CAMERON (TERMINATOR 2)
    CHARLES (BORAT)
    CIMINO (THE DEER HUNTER)
    CIMINO (VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER)
    COHEN (FAST AND FURIOUS)
    COLLECTIF (11'09'01)
    COPPOLA (APOCALYPSE NOW)
    COPPOLA (LOST IN TRANSLATION)
    COPPOLA (MARIE-ANTOINETTE)
    COPPOLA (SOMEWHERE)
    CRAVEN (FREDDY SORT DE LA NUIT)
    CRAVEN (FREDDY VS FREDDY)
    CRAVEN (NEW NIGHTMARE)
    CRONENBERG (CRASH)
    CRONENBERG (DEAD RINGERS)
    CRONENBERG (DEAD ZONE)
    CRONENBERG (eXistenZ)
    CRONENBERG (FAUX SEMBLANTS)
    CRONENBERG (THE FLY)
    - CRONENBERG (A HISTORY OF VIOLENCE)
    CRONENBERG (LA MOUCHE)
    CRONENBERG (SPIDER)
    CRONENBERG (VIDEODROME)
    CURTIZ (CASABLANCA)
    DAHAN (LA MÔME)
    DE BONT (SPEED)
    DE BONT (TWISTER)
    DE PALMA (BLOW OUT)
    DE PALMA (SCARFACE)
    EASTWOOD-ALDRICH
    EASTWOOD (ABSOLUTE POWER)
    EASTWOOD (BIRD)
    EASTWOOD (CHASSEUR BLANC, COEUR NOIR)
    EASTWOOD (FLAGS OF OUR FATHERS)
    EASTWOOD (GRAN TORINO)
    EASTWOOD (HONKYTONK MAN)
    EASTWOOD (IWOJIMA KARA NO TEGAMI)
    EASTWOOD (LETTRES D'IWO JIMA)
    EASTWOOD (MEMOIRES DE NOS PÈRES)
    EASTWOOD (MINUIT)
    EASTWOOD (MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN ET DU MAL)
    EASTWOOD (MYSTIC RIVER)
    EASTWOOD (LES PLEINS POUVOIRS)
    EASTWOOD (LA RELEVE)
    EASTWOOD (LA SANCTION)
    EASTWOOD (SUDDEN IMPACT)
    EASTWOOD (WHITE HUNTER, BLACK HEART)
    EMMERICH (UNIVERSAL SOLDIER)
    FELLINI (PROVA D'ORCHESTRA)
    FERRARA (BAD LIEUTENANT)
    FERRARA (BODY SNATCHERS)
    FERRARA (THE KING OF NEW YORK)
    FINCHER (ALIEN 3)
    FINCHER (SEVEN)
    FRESNADILLO (INTACTO)
    GIBSON (LA PASSION DU CHRIST)
    GILLIAM (L'ARMEE DES DOUZE SINGES)
    GILLIAM (TWELVE MONKEYS)
    HITCHCOCK (THE BIRDS)
    HITCHCOCK (LA MORT AUX TROUSSES)
    HITCHCOCK (NORTH BY NORTHWEST)
    HITCHCOCK (LES OISEAUX)
    HITCHCOCK (PSYCHOSE)
    HITCHCOCK (VERTIGO)
    HOPKINS (PREDATOR 2)
    HOPPER (EASY RIDER)
    HYAMS (CAPRICORN ONE)
    ITAMI (TAMPOPO)
    JARMUSCH (GHOST DOG)
    JEUNET (ALIEN, LA RESSURECTION)
    JOFFE (LA DECHIRURE)
    JOREIGE (A PERFECT DAY)
    KAURISMÄKI (LENINGRAD COWBOYS)
    KAYE (AMERICAN HISTORY X)
    KIM (PRINTEMPS...)
    KITANO (DOLLS)
    KITANO (SONATINE)
    KITANO (VIOLENT COP)
    KITANO (ZATOICHI)
    KOTCHEFF (RAMBO)
    KUBRICK (2001, ODYSSE DE L'ESPACE)
    KUBRICK (DOCTEUR FOLAMOUR)
    KUBRICK (EYES WIDE SHUT)
    KUBRICK (FULL METAL JACKET)
    KUBRICK (KILLER'S KISS)
    KUBRICK (PATHS OF GLORY)
    LANDIS (BLUES BROTHERS)
    LAUTNER (LE MONOCLE RIT JAUNE)
    LEE (THE SUMMER OF SAM)
    LIMAN (THE BOURNE IDENTITY)
    LIMAN (LA MEMOIRE DANS LA PEAU)
    LUCAS (STAR WARS)
    LYNCH (UNE HISTOIRE VRAIE)
    LYNCH (LOST HIGHWAY)
    LYNCH (MULHOLLAND DRIVE)
    LYNE (L'ECHELLE DE JACOB )
    MAC DONALD (LE DERNIER ROI D'ECOSSE)
    MALICK (BADLANDS)
    MANN (COLLATERAL)
    MANN (HEAT)
    MARKER (LA JETEE)
    MARKLE (REDRUM)
    MC TIERNAN (LAST ACTION HERO)
    MC TIERNAN (PREDATOR)
    NAIM (FINAL CUT)
    NATALI (CUBE)
    NOYCE (BONE COLLECTOR)
    PARKER (SOUTH pARK)
    PIXAR (LE MONDE DE NEMO)
    RAY (LE SALON DE MUSIQUE)
    RODRIGUEZ (PLANET TERROR)
    ROSS (PLEASANTVILLE)
    SAKAGUCHI (FINAL FANTASY)
    SARAFIAN (VANISHING POINT)
    SARAFIAN (POINT LIMITE ZERO)
    SCHAFFNER (PATTON)
    SCHRADER (AFFLICTION)
    SCHUMACHER (PHONE BOOTH)
    SCORSESE (AVIATOR)
    SCORSESE (A TOMBEAU OUVERT)
    SCORSESE (BRINGING OUT THE DEAD)
    SCOTT (ALIEN)
    SCOTT (ALIEN : LE RETOUR)
    SIEGEL (DIRTY HARRY)
    SHADYAC (APPARITIONS)
    SHYAMALAN (THE VILLAGE)
    SLADE (HARD CANDY)
    SODERBERGH (SOLARIS)
    SPIELBERG (LE MONDE PERDU)
    STONE (NATURAL BORN KILLERS)
    STONE (NE UN 4 JUILLET)
    STONE (BORN ON THE FOURTH OF JULY)
    TALALAY (LA FIN DE FREDDY)
    TALALAY (FREDDY'S DEAD : THE FINAL NIGHTMARE)
    TARENTINO (BOULEVARD DE LA MORT)
    TARENTINO (INGLORIOUS BASTERDS)
    TARENTINO (KILL BILL)
    TARENTINO (KILL BILL 2)
    TAYMOR (FRIDA)
    VAN SANT (ELEPHANT)
    VAN SANT (GERRY)
    VAN SANT (PARANOID PARK)
    VERHOEVEN (STARSHIP TROOPERS)
    VON TRIER (DANCER IN THE DARK)
    VON TRIER (DOGVILLE)
    WADLEIGH (WOLFEN)
    WAN (SAW)
    WELLES (LA DAME DE SHANGHAI)
    WENDERS (BUENA VISTA SOCIAL CLUB)
    WINDING REFN (BLEEDER)
    ZEMECKIS (CONTACT)
    ZWICK (BLOOD DIAMOND)

    Libellés :

    mercredi, octobre 16, 2019

    FREDDY VS FREDDY

    Avant toute chose, n'oubliez pas de participer au concours sur La Cité de la Peur… Une fois ceci terminé, je vous livre un (très) long article sur Freddy Krueger, que vous connaissez forcément !

    Depuis le temps que j'en parle, voici enfin la liste complète des sept films autour de Freddy approuvés par Wes Craven, et tous produit par Robert Shaye :
    1) Nightmare on Elm Street (Les Griffes de la Nuit), 1984, Wes Craven
    2) Nightmare on Elm Street 2, Freddy's Revenge (La Revanche de Freddy), 1985, Jack Sholder
    3) Nightmare on Elm Street 3, Dream Warriors (Les Griffes du Cauchemar), 1987, Chuck Russell
    4) Nightmare on Elm Street 4, The Dream Master (Le Cauchemar de Freddy), 1988, Renny Harlin
    5) Nightmare on Elm Street 5, The Dream Child (l'Enfant du Cauchemar), 1989, Stephen Hopkins
    6) Freedy's Dead : The Final Nightmare (La Fin de Freddy : l'Ultime Cauchemar), 1991, Rachel Talalay
    7) New Nightmare (Freddy sort de la Nuit), 1994, Wes Craven
    Evidemment, il y a une petite différence entre le classement de Wes Craven, d'une part, et le mien, d'autre part...
    Vu de son côté, il se voit tout d'abord en premier (sur les deux films), et donne donc : 1, 7, 6, 4, 3, 5 et 2...
    De mon point de vue, je débute différemment : 6, 7, 1, 4, 3, 5 et 2, mais les quatre derniers sont les mêmes...
    Quoiqu'il en soit, le génie est préservé dans les trois premiers films, se maintient, mine de rien, dans les trois autres de Renny Harlin, Chuck Russell, et Stephen Hopkins, puis hélas se vautre dans le second film, tourné par l'inconnu Jack Sholder… Laissez-moi donc faire une présentation assez rapide des sept films, en suivant bien évidemment MA LISTE !

    6) La fin de Freddy (Freddy's Dead : The Final Nightmare, 1991) : Je l'ai toujours placé devant tous les autres, non seulement parce que le "monstre" disparaissait pour de bon, qu'il était partiellement filmé en 3D, mais aussi du fait que sa réalisation était pour une fois due à une femme, Rachel Talalay, qui jouait jusqu'alors le rôle de productrice…
    Evidemment, cela supposait de connaître la plupart des films antérieurs, mais je suppose que c'était alors le cas de presque tout le monde, non ? En tous cas, après être passé par trois morts consécutifs (et magistralement filmés), la réalisatrice va finir par tuer Freddy, faire sortir triomphalement les trois personnes restantes, Lezlie Deane, Yaphet Kotto (bien connu pour son rôle essentiel dans le premier Alien), et surtout Lisa Zane, une actrice fort belle qui joue très bien son personnage :
    Désormais, je me tais, sachant que j'ai déjà longuement décrit ce film dans La Fin de Freddy...
    7) Freddy sort de la Nuit (New Nightmare, 1994) : Vous avez tous deviné qu'il s'agit ici du second film (le septième de la série) de Wes Craven, qui a le grand mérite d'être le réalisateur du tout premier, comme chacun sait… L'une des grandes particularités de ce film, c'est qu'on y découvre pour une fois Robert Englund sous son véritable jour, très calme, pas du tout en train de jouer comme d'habitude Freddy Krueger :
    L'autre, c'est qu'on y retrouve également Heather Langenkamp, qui joua non seulement dans le troisième Opus de la série, mais surtout dans le tout premier, où son rôle apparait très important :
    Certes, ce film reprend une partie de sa vaste thématique ; mais c'est un petit peu long, dans la seconde partie, ce que vous pourrez découvrir sur Freddy sort de la Nuit, mon deuxième (et dernier) article au sujet de Freddy...
    1) Les Griffes de la Nuit (Nightmare on Elm Street, 1984) : "Le" film, qui non seulement a fort bien lancé Wes Craven, mais a aussi ouvert la porte à toute cette série de sept épisodes, qui devait donc commencer et finir avec lui, ce qui explique la grande qualité des deux œuvres (sans parler du suivant Scream)…
    Il ne faut pas oublier que les budgets étaient encore en ce temps plutôt limités, et que cette époque marque en fait les véritables débuts de NEW LINE, qui depuis est devenue le grand classique que tout le monde connait !
    Johnny Depp (Glen Lantz) y joua son tout premier rôle (mais oui !),  et Amanda Wyss (Tina Gray) fut la première à être tuée par le fameux Freddy, sur un mécanisme assez sophistiqué de l'époque, où tout ce qui est en haut apparaissait en bas, et réciproquement :
    Vous pouvez vous renseigner davantage sur ce film au moyen du lien Wikipédia, Les Griffes de la Nuit...
    4) Le Cauchemar de Freddy (Nightmare on Elm Street 4, The Dream Master, 1988) : Un film que nous aimons beaucoup, Wes Craven et moi, non seulement car c'est le tout début aux USA de Renny Harlin, un réalisateur finlandais (qui nous fera tout de suite après le mémorable 58 minutes pour vivre et Cliffhanger), mais aussi que ce film fut tourné au beau milieu d'une grève assez consternante...
    Le gros défaut de ce film, c'est qu'il n'y a absolument personne de connu, qu'il s'agisse du scénario, de la musique, ou même des acteurs et des actrices - la meilleure de toutes étant bien sûr Lisa Wilcox, qui interprète tout le long du film le rôle de Alice Johnson, comme on la voit ci-dessus… Par contre, cet Opus fit un véritable tabac, puisqu'on considère qu'il fut le plus gros succès commercial depuis le premier, ce que vous apprendrez très facilement en consultant Le Cauchemar de Freddy !
    3) Les Griffes du Cauchemar (Nightmare on Elm Street 3, Dream Warriors, 1987) : Encore un film qui fut le tout premier d'un jeune réalisateur américain, qui devait se révéler sept ans plus tard avec l'excellent The Mask (Jim Carrey dans le rôle principal) :  Chuck Russel…
    Contrairement au précédent et au suivant, cet Opus frappe très haut dans tous les aspects du cinéma : 1) Le scénario, tout à la fois écrit par Chuck Russel, Wes Craven (le réalisateur du premier et dernier film), et Frank Darabont, célèbre plus tard pour Les Evadés et La Ligne verte 2) La musique, qui fut écrite par Angelo Badalamenti, le compositeur fétiche de David Lynch 3) Les acteurs et les actrices, pour la plupart seulement présents dans les deux films de Wes Craven et celui-ci : John Saxon (le père Donald Thompson), Laurence Fishburne, Heather Langenkamp (la fille Nancy Thompson), et pour finir la très connue Patricia Arquette, elle-aussi présente dans quelques Opus de David Lynch ! Sans compter quelques personnages, trop tôt décimés par Freddy Krueger :
    En outre, quasiment toute l'action se déroule à l'intérieur d'un hôpital psychiatrique, ce qui est particulièrement bien vu, et en outre présente des points communs entre ce film et l'avant-dernier de la série, celui de Rachel Talalay :
    En fait, c'est très simple : les numéros 3, 4 et 5 de cette série sont tous fort bons, et cela est dû en grande partie au choix du scénariste et des acteurs, comme vous l'apprendrez sur Les Griffes du Cauchemar...
    5) L'Enfant du Cauchemar (Nightmare on Elm Street 5, The Dream Child, 1989) : Tout aussi bon que le précédent, le réalisateur australien Stephen Hopkins nous propose, comme à son habitude, un excellent film, que tient en grande partie la très bonne Lisa Wilcox, qui rejoue impeccablement le rôle de Alice Johnson… Sauf que cette fois-ci, celle-ci est enceinte, et c'est via son futur fils Jacob que Freddy communique avec elle (tout en prenant bien soin de tuer les quelques amis qu'elle a encore) : 
    Il y a dans cette œuvre une foule de bonnes idées… Non seulement à commencer par la mythique scène de la salle de bains, ou encore celle de la moto (qui se transforme, peu à peu, en Freddy !), mais surtout en poursuivant avec la transformation de l'un des amis d'Alice en personnage de bande dessinée, ou encore avec leur parcours sur un escalier impossible, qui tient lieu de troisième dimension…. Tout cela nécessitait sans doute de grands efforts, et l'on conçoit que même Freddy ne pouvait s'empêcher d'admirer tout cela :
    C'était, à l'époque, le premier film aux USA de Stephen Hopkins, qui se fera particulièrement remarquer ultérieurement par Predator 2, et aussi par Suspicion, avec Gene Hackman, Morgan Freeman, et Monica Bellucci… Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre sur Wikipédia, L'Enfant du Cauchemar !
    2) La Revanche de Freddy (Nightmare on Elm Street 2, Freddy's Revenge, 1985) : Ce n'est hélas pas un miracle, le dernier dans notre jugement reste le second film à être réalisé sur le sujet, avec malheureusement les caractéristiques inversées du troisième : 1) Le scénario, pas plus que la musique, n'est écrit par quelqu'un de connu 2) Le personnage de Freddy, totalement visible, est désormais réduit à se bouger comme il peut 3) Aucun acteur connu n'y participe, ce qui est assez choquant non seulement après le premier film, mais aussi face à la série toute entière 4) Pour ne rien arranger, le réalisateur Jack Sholder, encore inconnu, devait le rester, et toute l'histoire se déroule d'une façon incohérente par le "nouveau" meurtrier Jesse face à celle qui l'aime énormément, Lisa...
    Bref, inutile de préciser pourquoi je n'ai pas mis de photo, et si vous souhaitez néanmoins en apprendre plus, allez comme d'habitude sur le site Wikipédia, La Revanche de Freddy...

    Je vous livre par contre deux liens nettement plus intéressants : le premier, Freddy (série de films), donne un très bon aperçu sur les sept films dont je viens de parler, et le second, Freddy Krueger, est évidemment une très bonne description du personnage présent dans presque tous les films en question (sauf dans le second, justement)...
    Certes, il s'agit de films tournés entre 1984 et 1994, soit entre mes 25 et mes 35 ans, donc je suppose que cela vous semblera bien vieux… Mais sait-on jamais ? En tous cas, vous avez toujours la possibilité de laisser un (ou plusieurs) commentaires !

    Libellés : , , , ,

    mardi, octobre 01, 2019

    LA CITE DE LA PEUR (BERBERIAN)

    Bon, à quoi bon vous parler de ce film, mythique entre tous ?
    Primo, daté de 1994, il fête cette année ses 25 ans (ce qui certes n'est pas grand chose face au Alien de 1979, dont nous parlons juste après), mais reste énorme en tant que film d'humour, qui marche toujours impeccablement !
    Secundo : je ne vous parlerai bien sûr pas de l'histoire, connue par cœur depuis tout ce temps (l'arrivée au Festival de Cannes d'une bande incroyable de trois personnes, issues des Nuls), mais UNIQUEMENT des citations de films antérieurs, apparemment fort nombreuses...
    Tertio : disons que j'organise ici un mini-concours, qui va durer environ deux mois à partir du premier octobre, et qui va porter sur la citation du réalisateur, de l'acteur, du musicien, comme je vous le préciserai à chaque fois…
    Je dis bien "mini", car il n'y a bêtement absolument rien à gagner, étant donné les possibilités qui sont offertes par Wikipédia, mais je serai néanmoins très content que vous y participiez (surtout que pour une fois, vous pouvez donner toutes les réponses que vous voulez dans les commentaires) !
    Allez, je débute pour de vrai...

    Question N°1 : Quel est le nom du film (et celui de son réalisateur), sorti en 1981, et qui a grandement inspiré cette séquence vendue par Les Nuls au Festival de Cannes :
    Question N°2 : Quel est le nom du film (et celui de son réalisateur), évoqué par cette perçante réplique d'Odile Deray, concernant Sarah Connor (facile, je sais) ?
    Question N°3 : Quel est le nom du film (et surtout celui de son réalisateur), entièrement repris par Odile Deray et les deux autres (Serge Karamazov et Simon Jérémi) ?
    Question N°4 (beaucoup plus difficile, car je n'ai pas trouvé la vidéo) : Quel est, ou bien le nom du film, ou bien celui du musicien qui a composé cet air très célèbre (joué, dans ce film, à un doigt au piano) ? C'est juste avant cette scène, elle aussi très connue :
    Question N°5 : Quel est le nom du film, celui de sa réalisatrice et celui de son acteur principal (oui, je sais, c'est beaucoup…), auquel une allusion très voyante est faite au bout de 3'30" ?
    Question N°6 : Quel est le nom du film, celui de son réalisateur et celui de son actrice très célèbre, ici incarnée par Odile Deray, qui doit se soumettre à un interrogatoire assez douteux (scène également reprise dans Last Action Hero, de John Mc Tiernan) ?
    Question N°7 : Quel est le titre original du film soviétique de 1925 bien connu, où une femme avec son landau risque de basculer pour de bon (film qui fut déjà repris dans Les Incorruptibles de Brian De Palma, dont je vous donne l'extrait à la suite) ?
    Question N°8 (très facile) :  Quel est le nom de cet animateur sur A2, qui diffusa de 1980 à 1998 son émission fétiche "l'Ecole des Fans", et ne pouvait s'empêcher de terminer son programme avec des paroles venues soi-disant d'outre-Quiévrain (tout comme le font nos trois collègues des Nuls lorsqu'on les retrouve en tant qu'animateurs TV) ?
    Question N°9 à N°12 (juste pour rire) : Quels sont les noms des acteurs français très connus qui interprètent successivement les quatre projectionnistes, évidemment tous assassinés l'un après l'autre ?
    Voilà, c'est terminé… Dans l'espoir que vous ne vous découragerez pas, je vous laisse découvrir durant tout ce temps la sublime Carioca, que semblent improviser Serge Karamazov et Patrick Bialès :
    En réalité, ces deux interprètes reprennent le titre fétiche d'un film américain intitulé Carioca, daté de 1933 (le premier avec Fred Astaire), et qui reprend le sens originel du terme "carioca", qui désigne les habitants de Rio de Janeiro, au Brésil...
    J'en ai fini, maintenant… Je pense, bien sûr, que vous connaissez ce film par cœur, et j'espère qu'il vous fait toujours rire de A à Z ! Occasion bien normale de rendre un petit hommage à Alain Berberian, le réalisateur hélas décédé de cet opus, mais aussi à ses trois acteurs principaux, Dominique Farrugia (Simon Jérémi), Chantal Lauby (Odile Deray), et surtout Alain Chabat (Serge Karamazov), qui a tenu un très grand rôle dans l'écriture impeccable du scénario...
    Je compte sur vous pour ce concours, ne l'oubliez pas ! Et si vous tenez à vous assurer déjà de deux réponses (au moins), n'hésitez pas à vous rendre sur Last Action Hero, un excellent film de John Mc Tiernan, tout aussi drôle et ironique au second degré que La Cité de la Peur...

    Libellés : ,

    vendredi, septembre 20, 2019

    LA MÔME (DAHAN)

    Autrement dit : Edith Piaf (1915-1963)...
    Un film absolument remarquable, de plusieurs points de vue... D'une part, car la chanteuse est interprétée de façon très convaincante par la superbe Marion Cotillard ; mais d'autre part, parce que le réalisateur de ce film daté de 2007, était alors relativement peu connu, et s'est fait extrêmement remarquer par cette biographie très fidèle...
    Comment cela se déroule-t-il ? Deux visions se croisent en fait sans arrêt : des faits relativement récents de la vie assez tragique d'Edith Piaf, et de l'autre coté, son enfance elle aussi tumultueuse, où elle est incarnée par la toute jeune Manon Chevallier :
    Qui prend place, dans un premier temps, à coté de son père Louis Gassion (Jean-Paul Rouve)… Puis suite au départ de ce dernier pour un lieu inconnu, elle se retrouve rapidement adoptée par sa propre grand-mère, titulaire d'une maison close en Normandie, ce qui n'enlève rien à son charme :
    Elle se trouve alors subitement presque aveugle à cause d'une kératite, situation qui ne se résoudra que grâce à une prière à Sainte Thérèse de Lisieux, en laquelle elle croira désormais toute sa vie...
    C'est alors que son père revient, tente de l'intégrer au cirque où il est lui-même acrobate, mais n'y parvenant pas, finit par se décourager, jusqu'à ce qu'Edith se mette à chanter La Marseillaise, guidée en cela par la fameuse Sainte Thérèse...
    Là, l'enthousiasme se déchaîne… Et quelques années plus tard, elle décide enfin de se consacrer pour de vrai à la chanson :
    Fait absolument extraordinaire : c'est que cette seconde actrice, Pauline Burlet, est quasiment la sosie de Marion Cotillard, malheureusement pour très peu de temps… Car c'est cette dernière qui apparait enfin, dans les rues de Montmartre, de pair avec l'inoubliable et alcoolique Momone, alias Simone Berteaut, interprétée par Sylvie Testud (célèbre grâce à son rôle principal dans Stupeur et Tremblements) :
    Au début, tout ne se passe pas encore très bien, non tant à cause de la voix, qu'en raison de sa maladresse  et de sa relative timidité face au public :
    Mais il suffit d'un miracle, n'est-ce pas ? Et c'est le propriétaire d'un cabaret, Louis Leplée, qui va finir par l'accomplir, l'engageant dans sa boîte pour chanter, et lui donnant aussi le surnom de "Piaf" (son nom originel étant Gassion) :
    Inutile de préciser que nous avons là affaire à un trio merveilleux, autrement dit Gérard Depardieu, Marion Cotillard, et Sylvie Testud :
    Et la période de sa vie est elle aussi assez extraordinaire, entre l'amitié, la grande bouffe, le champagne de luxe,  en résumé, la fête permanente :
    Sauf qu'en cette année 1936, à la veille de la seconde guerre mondiale, Louis Leplée est retrouvé assassiné dans son lit... Et que les soupçons se posent immédiatement sur Edith Piaf, en raison de sa vie assez dégradée, et de sa connaissance de quelques malfrats de Pigalle !
    Mais l'affaire est très vite classée, faute de preuves… Et Edith Piaf redevient peu à peu une immense chanteuse, qui non seulement parvient à adopter un profil un peu "standard" sous l'occupation allemande, mais aussi à se faire connaître de tous les français à Bobino et au Moulin Rouge, notamment grâce à l'aide de Jacques Canetti, Marguerite Monnot, et d'Emile Audiffred : 
    Vers 1945, après une vague d'épuration dont elle se sort bien, elle compose l'une des premières chansons de sa vie, La Vie en Rose, qui restera à jamais la plus célèbre de toutes... Puis, après une vague relation avec Yves Montand, elle se rend de plus en plus souvent à New-York, où non seulement elle chante avec un immense succès, mais rencontre, comme elle le dit elle-même, le "grand amour de sa vie" en 1948, le boxeur Marcel Cerdan (Jean-Pierre Martins) :
    C'est aussi le moment où elle achète son premier hôtel particulier à Boulogne,  et que tout a l'air d'aller pour le mieux... Sauf qu'en octobre 1949, Marcel Cerdan meurt d'une façon totalement inattendue dans un accident d'avion vers New-York !
    Dès lors, réfugiée avec les trois enfants de ce dernier, leur mère, et beaucoup d'alcool et de morphine, elle chante quasiment une dernière fois l'Hymne à l'Amour, avant de se résoudre au déménagement vers Paris, puis à Grasse, et d'un nombre assez conséquent de cures de désintoxication :
    Inutile de le préciser : après différentes tentatives de reprises, sa fin arriva de façon relativement rapide, en octobre 1963, à l'âge de 48 ans... Elle fut enterrée au cimetière du Père-Lachaise, sans obsèques religieuses, mais avec plus de 40000 spectateurs, dont Marlene Dietrich, et laissait au monde entier plus d'une centaine de chansons, dont certaines sont encore dans toutes les bouches !
    Inutile de dire que ce rôle a été réellement difficile pour Marion Cotillard, avec cinq heures de maquillage chaque jour, la naissance des cheveux rasés, le fait de paraître plus petite, d'avoir une voix plus grave… Mais elle a pour cela remporté un très vif succès non seulement en France, mais aussi aux Etats-Unis, et lui a valu trois prix d'un seul coup, ce qui n'était pas encore arrivé : le Golden Globe, le BAFTA, et l'Oscar 2008 de la meilleure actrice ! Ce qui n'enlève rien à Gérard Depardieu, à Sylvie Testud, et a d'autres acteurs un petit peu moins connus, mais surtout à Olivier Dahan, le réalisateur, qui a réussi mine de rien à tripler le gain initialement prévu (soit, au final, 66 millions d'Euros)...
    N'hésitez pas à découvrir ainsi la carrière impressionnante d'Edith Piaf, qui mérite grandement toute votre attention… Ce qui m'a d'abord paru au départ relativement inconséquent - vu que j'ai plutôt une formation de pianiste classique, et que mes goûts se dirigent plus naturellement vers Bach, Brahms, ou Chopin -, mais qui en fait s'est avéré sacrément puissant, et m'a fait redécouvrir une chanteuse monstrueuse liée, cela va sans dire, à ma jeunesse !

    Libellés : , ,

    dimanche, septembre 08, 2019

    ALIEN : LE RETOUR (SCOTT)

    Bon, pourquoi donc  ce titre, qui n'existe pas ?
    Il y a plusieurs raisons à cela :

    1) D'une part, le fait que cet article original, celui sur ALIEN, était l'un des plus anciens de ce site, aux environ de 2007, soit douze ans auparavant… Ce qui certes est assez peu par rapport à l'âge du film lui-même, qui date de 1979, et relativement précoce vu l'âge du réalisateur à l'époque, qui avait tout juste 42 ans, et s'était seulement fait remarquer avec Les Duellistes !
    2) D'autre part, facteur relativement étonnant, c'est qu'il s'agit - de très loin - du film de cette période que j'ai le plus regardé, disons entre 200 et 300 fois… Et ceci, sans jamais m'en lasser ! Ceci est dû, bien naturellement, au pur génie de l'auteur (encore que celui-ci puisse également aller très loin dans l'autre sens, meilleure preuve avec Prometheus et Alien : Covenant), mais aussi à la très bonne forme de l'histoire, due à Dan O'Bannon et Ronald Shusett, à la grande originalité du décor de Hans Ruedi Giger, et au caractère très étonnant et carrément sublime de la musique, écrite à cette occasion par le célébrissime verseau Jerry Goldsmith...
    3) C'est donc la raison pour laquelle j'ai décidé, suite à la rediffusion de cet opus par A2, de me consacrer enfin à une vision complètement inversée, de "tout ce qui ne marche pas dans ce film" ! 
    A vrai dire, ça se limite à fort peu de choses, dues principalement à l'encore balbutiante technique des effets spéciaux (n'oubliez pas, nous sommes en 1979 !), qui peut à la rigueur se ressentir dans cette première scène où "alien" surgit du ventre de Kane, l'officier joué par John Hurt (à très exactement 51') :
    Là, le "alien", malgré le faux sang particulièrement réaliste et les "vrais" cris de Veronica Cartwright, a beaucoup de mal à se bouger - ce qui est normal, vu qu'il ne s'agit pas d'un trucage sur ordinateur, mais bel et bien d'un effet en temps réel !
    Par la suite, tous les meurtres sont commis et vus très rapidement, qu'il s'agisse (dans l'ordre) de celui de Harry Dean Stanton, de Tom Skerrit, de Ian Holm - le seul "robot" responsable de toute cette tuerie -, Yaphet Kotto, et pour finir de Veronica Cartwright… Seul inconvénient visible aux alentours de 1h29', c'est la (trop) matérielle apparition de cet "alien" assez mal foutu… Mais l'on peut être par avance rassuré, ça ne dure qu'une seule seconde :
    Ce qui est peut-être un tout petit peu plus choquant, c'est lorsqu'au bout de 1h47' (soit quasiment à la fin du film), le lieutenant Ellen Ripley jouée par la désormais fort connue Sigourney Weaver, qui est la seule et unique à sortir vivante de cette aventure, finit par commettre ce dont elle seule a le secret : envoyer définitivement le monstre hors du vaisseau !
    Sauf que là-encore, sans doute également dû au traitement pas encore informatique des trucages, l'aspect "humain" de l'alien (interprété par Bolaji Badejo) est beaucoup trop apparent - surtout compte tenu du fait que l'on ne l'a quasiment pas vu durant tout le film :
    En fait, il s'agit là des seule erreurs que j'ai trouvé dans ce film, que j'ai déjà vu autour de 300 fois ! Et nul doute qu'en regardant d'aussi près Apocalypse Now (primé à Cannes en cette même année 1979), ou d'autres films de science-fiction ou d'horreur encore antérieurs, réalisés notamment par Alfred Hitchcock, on  tombera sur les mêmes erreurs dues au manque d'ordinateurs - fort heureusement rendues fort peu visibles  par les génies qui les ont filmées...

    Finalement, il y a une seule grave faute dans ce film, et peut-être allez-vous m'expliquer pourquoi ?
    Parce que là, personne ne peut la justifier… Certes, au bout d'1h38', il est assez normal que le vaisseau principal, voué à la destruction par Sigourney Weaver, se désagrège au cours d'une explosion nucléaire assez impressionnante :
    Il est complètement absurde - c'est à dire : impossible ! - que cette explosion puisse se remanifester une seconde fois - même ci cela peut encore passer, comme c'est d'ailleurs le cas dans ce film, pour une impression encore plus saisissante sur le personnage principal, et bien sûr sur tout le public :
    Mais alors, que dire de la troisième fois ? Non seulement elle est encore plus impossible que la seconde fois, elle ne se justifie même plus par son éventuel effet sur Sigourney Weaver ou les spectateurs, mais en outre - si du moins vous êtes d'accord avec moi -, elle est d'une laideur absolue !
    D'une part, elle fait penser - en beaucoup moins bien réussie - à 2001 : A Space Odyssey de Stanley Kubrick, sorti déjà plus de dix ans auparavant, film que, paraît-il, Ridley Scott admirait énormément… D'autre part, lui attribuer cette troisième phase incohérente, étant donnée la perfection absolue du reste de l'œuvre, pourrait passer pour une accusation injustifiée… Et il en va de même, naturellement, à mettre cette "imperfection" sur le dos des scénaristes Dan O'Bannon et Ronald Shusett, qui ont travaillé d'une façon particulièrement soignée sur ce film !

    En résumé : sauriez-vous répondre à ce problème insoluble ?
    Je vous rassure tout de suite sur la durée de ces trois plans, qui ne durent qu'à peine deux minutes, enchaînés comme ils le sont…
    Et si vous ne connaissez pas encore ce film - ce qui serait très hautement improbable -, n'hésitez pas à consulter l'un de mes (très courts) premiers articles sur ce site, ALIEN… Où vous pourrez voir en plus, grâce à YouTube, le fameux et très court extrait de la mort de John Hurt, et entendre crier (pour de vrai) la fameuse Veronica Cartwright !

    Libellés : , ,