L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • vendredi, octobre 02, 2015

    THE WRESTLER (ARONOFSKY)

    Que dire de ce film, dû à Darren Aronofsky comme c'est très souvent le cas, ces derniers temps ?
    Je vous le laisse comprendre grâce à ces deux premiers plans :
    Deux plans qui sont en quelque sorte la prévision du film à venir, mais aussi la principale situation de Mickey Rourke, qui débuta tout d'abord dans le milieu de la boxe, se tourna ensuite vers le cinéma (entre autres, grâce à la Porte de Paradis de Michael Cimino, ou 9 Semaines 1/2  de Adrian Lyne), puis connu une telle décadence dans ce milieu qu'il revint vers le monde de la boxe en 1991, et enfin, de nouveau au cinéma en l'an 2000.
    Mickey Rourke n'a pas reçu le prix Volpi du meilleur acteur, mais tout simplement parce que l'on n'a pas le droit de donner au film un prix double au Lion d'Or de Venise, déjà attribué à Darren Aronofsky. Ceci n'empêcha pas ce très chargé personnage de se vanter, le 11 janvier 2009, du Golden Globe de meilleur acteur dans un drame, et c'est bien le minimum qu'on ait à faire pour quelqu'un qui doit, d'une certaine façon, revivre dans le film ce qu'il connait déjà dans la vie réelle. Très bon exemple avec ces premières scènes, où il va comme à l'accoutumée faire tourner l'histoire de Randy "The Ram" Robinson, autrement dit du "bélier" :
    Et autre très bon exemple dans ces scènes beaucoup plus intimistes, où pourtant Mickey Rourke ne se tape pas la fameuse Cassidy (Marisa Tomei), mais la paye tout simplement pour qu'elle danse pour lui, ou encore qu'elle parle, même si ceci se scotche sur un thème plus menaçant :
    Il est temps de vous livrer, une fois rendu à ce point, la fixation typique de Darren Aronofsky sur les chiffres - ce qui, soit dit au passage, semble assez chronique chez les verseaux : si dans Requiem for a Dream, il s'agit du nombre quatre, ici, c'est le trois qui semble à l'honneur, qu'il s'agisse des trois combats que Mickey Rourke va livrer en tant que "bélier", des trois flirts avec Cassidy, ou encore de ses trois rencontres avec sa fille, qui hélas vont de plus en plus mal se passer. Nous voici, dès lors, rendu dans le second grand match du héros principal :
    Un match qui semble au début bien se passer, mais va se terminer assez mal, disons même, plutôt très mal :
    
    C'est le moment de revoir en gros les trois points de vie de Mickey Rourke... Comment va t-il se consacrer au catch ? Comment va t-il supporter Cassidy, avec tout ce qu'elle lui dit ? Et surtout, comment va t-il pouvoir s'adresser à sa propre fille, qu'il n'a pas vue depuis tant d'années ?
    En fait, il va pouvoir difficilement lui parler, comme il le révèlera à Cassidy, qui aura dès lors cette très bonne idée, qui lui fournira en outre - du moins, c'est ce qu'on croit - le soi-disant prétexte pour se taper Mickey Rourke :
    Faux prétexte, car déjà, ça ne marche pas chez elle, mais surtout parce que Mickey Rourke, qui a définitivement été obligé de laisser tomber le catch, s'est retrouvé coincé dans un boulot qu'il fait semblant d'aimer, mais que sûrement il déteste plus que tout - comme nous-mêmes, très certainement :
    Alors pour une fois, sans doute en partie grâce à l'idée de cadeau de Cassidy, tout semblera se passer bien :
    On peut même dire "se passer nickel", grâce à la redécouverte d'une ancienne salle de danse, et son essai dans le coin même :
    Mais pour tout dire, cela ne se produit que la seconde fois. Dès la troisième, sans doute en grande partie due à l'une des erreurs du père, tout se replace comme dans la première scène, avec ces exagérations typiques :
    Autrement dit : ceci ne marche pas du tout avec la fille, et compte tenu de la fausse mère, en l'occurence Cassidy, cela ne se gave pas très bien non plus. Que restera-t-il à Michael Rourke à faire de bien positif, à part un dernier catch du "bélier" ?
    Et oui, comme je l'ai déjà dit, il s'agit du dernier catch du "bélier"... Ceci a beau paraître d'une luminosité incroyable, il s'agit tout de même d'un suicide, conclu par cet ultime plan. Je ne sais pas si Darren Aronofsky a choisi à cette occasion le format de 16 mm, comme il le fera plus tard dans Black Swan, mais tout dans la trame donne accès à cette hypothèse, ne serait-ce que par le fait que les deux films se ressemblent étrangement, malgré tous les liens personnels qu'ils ont.
    Dernière chose : que veux dire "The Wrestler" ? Et bien c'est tout simple : le catcheur, ou le lutteur, tout simplement... Je comprends donc très bien que vous préféreriez vivre au Québec, où ce dernier titre a été imposé ; mais pour l'instant, nous habitons encore en France, alors ceci reste "The Wrestler" - Dieu merci !

    Libellés : , , , ,

    4 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    Décidément, je suis très sensible à ce qu'a fait Aronofsky que tu m'as fait découvrir. Merci à toi. Mais celui-là, pas sûr de le regarder, Rourke est trop laid à voir et puis la boxe même si j'ai adoré Million dollar Baby, c'est pas mon truc. Aucune contradiction de ma part, c'est juste l'immense différence qu'il y a entre le personnage du boxer et celui de la boxeuse clintienne!.

    jeudi, 04 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Effectivement, Rourke est assez laid à voir, c'est clair... Mais si tu attends jusqu'au 6 octobre, je vais cette fois-ci parler de Black Swan, un autre film beaucoup plus léché de Aronofsky sur la danse classique !

    jeudi, 04 octobre, 2012  
    Blogger Al Capitaine said...

    J'adore ce film, mais aussi cet article. Comment vas-tu Vincent ? Content de te lire sur ton blog. J'ai eu pas mal de boulot ces derniers temps.

    samedi, 06 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci pour tous ces compliments !
    Non, je ne vais pas très bien... Mais ceci ne se voit pas sur ce Blog, c'est là l'essentiel !
    Et toi, que deviens-tu ?

    samedi, 06 octobre, 2012  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home