L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • jeudi, avril 02, 2015

    LA PASSION DU CHRIST (GIBSON)

    C'est la toute première fois que je parle de Mel Gibson, pour ainsi dire...
    Et Dieu sait à quel point on sera heureux de me le reprocher... C'est d'une part un plutôt beau gosse, très bon acteur présent dans les trois Mad Max et les quatre Arme Fatale, entre autres, en prime l'un des meilleurs salaires de Los Angeles ; et d'autre part un alcoolique notoire, un anti-homosexuel bien ancré, et, dit-on, un antisémite suspect, ce dont il fut précisément agressé pour ce film.
    C'est son second film en tant que réalisateur (n'oublions pas, au passage, le très fameux Braveheart, au cours duquel il fut également acteur), mais le premier où il décide de parler des douze dernières heures du Christ - fait où l'on ne saurait, je crois, lui reprocher de se montrer "légèrement antisémite", vu que ce fut la très nette tendance durant cette période. En tous cas, ce film n'est parlé que dans trois langues - l'araméen, l'hébreu et le latin -, et absolument jamais en anglais ou en américain ; rien que cet acte imprévu aurait été a priori défavorable, mais c'est tout le contraire qui s'est passé, faisant de ce film l'un des plus colossaux et rentables de la saison. Mais peut-être ceci est-il dû aussi à son acteur principal, Jim Caviezel, absolument exceptionnel dans le rôle du Christ :
    À celle qui joue le rôle de Marie-Madeleine, la très connue Monica Bellucci :
    Ainsi qu'à d'autres acteurs sans doute bien moins célèbres :
    Mais parfois tout aussi bons, notamment le bulgare Hristo Chopov, qui tient particulièrement bien le rôle de Ponce Pilate, bien connu comme délicat et scabreux, dans son genre :
    Je ne sais pas bien quoi dire de ce film (sinon que j'ai rechangé de format de photos, ce qui fait qu'en cliquant dessus, vous arriverez cette fois-ci à une double taille, ce qui n'est pas si mal) : tout ce qui y est présenté date en effet de plus de 2000 ans, alors je crois qu'on me traiterait à tort de faire un grave Spoiler, non ? Mais je peux toutefois vous en offrir quelques-unes des premières séquences, qui sont pour ainsi dire fondamentales, notamment dans le jugement de Ponce Pilate, particulièrement délicat à cette époque :
    Ceci dit, le fameux Hérode, vaguement homosexuel, soit dit au passage, se révèlera totalement incapable de le juger, replaçant involontairement tous les faits dans la case départ :
    Ce qui rendra notamment le film très violent, ce qui est peut-être la raison pour laquelle Mel Gibson se fit accuser d'antisémitisme, mais principalement l'autre raison pour laquelle ce film reste parfois trois ou quatre ans dans sa boîte de DVD sans en sortir, ce qui fut entre autres mon cas :
    À noter que la fameuse Monica Bellucci, d'habitude toujours utilisée en tant que plante vivante, s'avère ici particulièrement irreconnaissable, du moins très liée avec la fameuse mère du Christ, Marie :
    Ce qui est loin de mettre un terme aux souffrances de Dieu, mais finissent presque par les relancer :
    Chose importante : certaines des phrases typiques de la narration ont été tout simplement supposées par Mel Gibson, dont celle prononcée par Ponce Pilate, "qui, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que plutôt il s'élevait un tumulte, prit de l'eau et se lava les mains devant la foule, disant : Je suis innocent du sang de ce juste" :
    Ou encore l'une de celles dues à un légionnaire, certes exprimée, mais d'une façon bien moins forte que ce qu'elle fut probablement :
    Quoi qu'il en soit, on parvient dans un cas comme dans l'autre à ces fameux gestes, bien connus des antisémites comme des prosémites, si je puis me permettre :
    Ainsi qu'à celui-ci, bien moins connu, mais nettement plus efficace, l’Evangile selon Saint Jean (19, 33-35) le précise : "S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes; mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau. Celui qui l’a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai ; et il sait qu’il dit vrai, afin que vous croyiez aussi."  :
    Fort heureusement, l'on voit de temps à autre certaines scènes bien antérieures, où le Christ ne pensait qu'à des choses plus positives :
    Scènes assez peu courantes, certes, mais qui ont le grand mérite de mettre en valeur l'excellent Jim Caviezel, qui conclut, en quelque sorte, ce film d'une façon plutôt convaicante :
    Bien sûr, ce n'est pas la vraie conclusion, finale et irréversible ; mais je fais bien de m'en espacer, étant donné que cela m'évite de passer d'une part pour un Spoiler, d'autre part pour un démoralisateur, et, soit dit en passant, pour un antisémite de leur longue liste !
    Voila pourquoi je me permets de vous redonner le lien vers Mel Gibson, très largement livré par Wikipédia, en espérant que vous l'explorerez un tout petit peu... Croyez-moi, c'est la meilleure chose à faire, à cette heure-ci ! 

    Libellés : , , , , , , , ,

    15 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    surement un trés bon film,mais jusqua maintenant,je n'ai pas eu le courage de le voir a cause justement des langue parlée
    mais promis dés que j'ai du temps je le regarde.
    merci pour ça et bravo de donner envie de le regarder.bise de la clarée

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    excuse les fautes mais tot le matin et sans lunettes

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Merci Vincent pour l histoire des temps la plus celebre
    j ai pas vu le film je le verrais peut etre
    en tout cas sacre travail comme d habtude sur un jet tjrs brulant
    continues de nous maintenir les eux ouverts
    et courage à toi Vincent
    gilles

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    J'ai vu le film dès sa sortie à la Réunion et je l'ai trouvé formidable.
    Cet homme qui va jusqu'au bout de sa quête de l'Amour est bouleversant...
    Dans notre difficile époque où les extrémistes religieux vouent l'Amour aux Gémonies et leur préfèrent la haine, propice à étancher leur soif de sang engendrée par leur folie, il est bon de se rappeler qu'un jour, sur cette terre, un homme est né pour nous parler d'Amour...
    Que l'on soit croyant (ou non...ce qui est mon cas) le charisme de cet homme exceptionnel doit forcer l'admiration...
    Mais le film nous montre, s'il en était besoin, que tous les hommes ne sont pas prêts à ce genre de discours, lui préférant la bêtise, la lâcheté et l'imbécilité...
    Et pourtant comme il est apaisant de faire en sorte qu'autour de soi les gens soient heureux...
    Je reverrais ce film avec beaucoup de plaisir...
    Je t'embrasse Vincent et espère te revoir bientôt...
    Bon courage...
    Ton cousin Bruno

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Chah said...

    Coucou Vincent,

    Merci pour ton article. Je ne connaissais même pas la tête de Mel Gibson. J'avais évidemment entendu parler de ce film à sa sortie mais je n'avais pas voulu le voir (au ciné) surtout parce qu'il durait 3 heures (environ) et qu'il y a avait des scènes de torture terribles, ce que confirme les photos que tu as postées.
    En revanche j'avais été impressionnée par l'idée de tourner le film dans les langues parlées à l'époque! L'araméen n'est quasiment plus parlé de nos jours, ça a dû occasionné un boulot énorme!
    Ton commentaire sur le jeu de Monica Bellucci me rend curieuse: j'ai du mal à y croire, c'est finalement la phrase qui me convaincra peut-être de regarder enfin ce film, pour voir si tu dis vrai... Il est vrai que certains rôles révèlent les acteurs et actrices, même si, en principe, ils doivent bien jouer tout le temps...
    Je te souhaite un bel automne! (c'est une saison magnifique)

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Chouette compte-rendu, mais je n'ai pas vraiment envie de le voir. Pas que je boycotte, mais ça ne me tente pas.

    T.

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Wouah, vous êtes tous là le même jour, c'est cool ! Alors je vais essayer de répondre dans l'ordre :
    1 & 2) C'est un très bon film, promis et juré... De toute façon, ceci parle beaucoup moins qu'un Woody Allen, alors aucune inquiétude à avoir !
    3) Merci de ton courage, j'en ai de fait de temps en temps besoin... Sinon, profites du fait que j'habite juste à côté de chez toi : fais-toi prêter le film !
    4) Merci aussi à toi, Bruno, et surtout au fait que tu sois un grand fan du film ; c'est assez dur à voir, sans doute, mais quelle réussite !
    5) Chahrazade, content de te revoir, même si j'en suis pas encore à jouir de l'automne (une période que j'adore, tout comme toi)... N'oublie pas que ce film ne dure pas trois heures, mais seulement deux ! Deux pas faciles, certes, mais qui méritent bien le coup, si l'on peut dire ainsi...
    6) Pas grave du tout, Touille... Au moins, tu me mets un Comment sur le film suivant, et c'est déjà bien ! Surtout que ce film, malgré ses allures très gaies à son début, dégénère assez vite vers quelque chose de comparable, n'est-ce pas ?

    dimanche, 23 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Impressionnant !!! Les photos dudit film et ton article bien mené et fort intéressant. Bravo !
    Je rejoins un peu ton cousin mais pas tout à fait. Ayant récemment subi des actes d'extrêmistes religieux et néanmoins athée et tolérante, je ne suis pas capable de le voir de suite. Mais un jour, au calme sûrement rein que pour l'écoute de ces langues anciennes si rarement usitées de nos jours.
    sabichan

    lundi, 24 septembre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Tu dis que mes photos sont très belles, mais je crois que c'est nettement plus dû à Mel Gibson, mine de rien... Par contre, tu as parfaitement raison sur l'usage des langues ; je crois qu'en effet, c'est l'un des seuls films à les utiliser, peut-être même le seul, d'ailleurs !

    lundi, 24 septembre, 2012  
    Anonymous Elisa said...

    Cou cou Vincent,
    Je dois avouer que je ne l´ai pas vu tout entier. Je n´ai pas eu le courage. Je crois que Mel Gibson présente des scènes très fortes et certaines personnes sensibles peuvent êtres touchées.
    De toute façon ton recit est superbe.
    Heureuse de te retrouver blogueur revenu!
    Gros bisous
    Elisa, en Argentine

    mercredi, 26 septembre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Coucou Elisa,
    Comme tu le dis, ce film est parfois très hard... Raison pour laquelle je ne l'ai pas ressorti de sa boîte durant trois ou quatre années !
    En tous cas, merci pour ton terme de "superbe", je suis au moins revenu sur ce Blog...
    Gros bisous aussi de mon côté !

    mercredi, 26 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Ben dis donc, ça bosse !!! ;-)
    Bises!
    Cha

    jeudi, 27 septembre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Salut, Cha@ !
    Et bien oui, faute de piano, de solfège, de réduction, etc..., me voici assez vite concentré sur autre chose. C'est très mal payé, mais cela rend vraiment le temps très agréable à vivre !

    jeudi, 27 septembre, 2012  
    Anonymous Anonyme said...

    Alors là, petit Loup, je n'ai jamais vu ce film. peut-être à l'occase si j'ai besoin d'hémoglobine (moi c'est A-, seulement 7% de la population)
    On pourrait peut-être se voir plutôt que se retrouver sur ton blog non?
    Sinon j'avais la fille d'Anne-Isabelle à la maison. Elle reste jusqu'au 15 novembre mais elle oscille entre chez nous et chez ma soeur.
    À bintôt de visu j'espère!
    Fred lelaà442

    mercredi, 03 octobre, 2012  
    Blogger Vincenttheone said...

    Oui, bien sûr, on va se voir...
    Mais mon Blog est très vivant, en ce moment !!!

    mercredi, 03 octobre, 2012  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home