L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • vendredi, janvier 25, 2013

    GERRY (VAN SANT)

    Un film très étrange, n'est-ce pas ?
    Dû à Gus Van Sant en 2002, juste une année avant son grand succès de Elephant, à Cannes, notamment, ce film Gerry passe avant tout pour un film minimaliste, et c'est la moindre des choses que l'on puisse en dire. Gerry commence en effet sur son plan tout à fait "normal", basé sur la présence en voiture des deux acteurs principaux :
    Mais ce film se barre très vite vers une coalition forcée, inattendue et délirante :
    Où chacun des deux acteurs (Casey Affleck et Matt Damon) ne semble plus être que la copie de l'autre :
    Répétant en toute occasion plus ou moins la même phrase chacun à leur tour, ce qui peut sembler peu à peu normal, car il s'avère qu'ils se prénomment tous les deux Gerry :
    Phénomène à noter : seul un des deux parvient au sommet, et en l'occurence, il s'agit bel et bien de Matt Damon :
    Ou alors, serait-ce l'autre ? On n'en sait rien, en fait... Mais chose que je ne savais pas non plus, "gerry" signifie "pourri", "raté", "insalubre" en anglais, raison de plus pour se débarrasser l'un de l'autre, ou alors, plus exactement, de vider son propre corps de la mauvaise partie :
    Ai-je tort ?
    Quoi qu'il en soit, on en arrive à peu près ainsi au milieu du film, où ce plan dure pour le moins cinq minutes, au bas mot, où le simple fait de voir leurs deux têtes filmées en même temps viserait à les laisser apparaître comme venant de la même personne, le fragile Casey Affleck et le très robuste Matt Damon n'étant en réalité qu'un :
    En résumé, il s'agit d'un film très lent où l'on croit voir deux personnages, et où en réalité il n'en existe qu'un, ce qui se sent de plus en plus au fur et à mesure que l'on se rapproche de la fin :
    Meilleure preuve avec ce fameux mirage, qui rajoute à la grande surprise une troisième personne - sauf que cet être existe déjà, Matt Damon, en l'occurence :
    Très dur, n'est-ce pas ?
    Il faut cela, parfois, en montagne... S'endormir sous un certain angle, et se réveiller sous un autre :
    Ici, se trouvent des phrases que l'on n'aurait pas forcément envie d'entendre, mais aussi des images carrément sublimes :
    En résumé, il s'agit de la fin du film - due, bien sûr, à Matt Damon :
    Voulez-vous en voir les dernières images ? Comme très souvent, elles coïncident très vivement avec les toutes premières, mais c'est ici même l'occasion de s'apercevoir - si toutefois l'on est d'accord - de l'étonnant changement de tête de Matt Damon, à mon sens totalement évident :
    Que dire d'autre, sur ce film ? Et bien, plusieurs choses... Déjà, le fait que Casey Affleck et Matt Damon se soient trouvé utilisés pour la rédaction du scénario, ce qui arrive plutôt rarement, et est à mon sens très bon signe. D'autre part, sa réalisation à la fois en Argentine et en Californie s'est assez mal passée dans le premier pays, trop froid, ce qui fait que seul le début du film se base sur ces montagnes plutôt assez verte, pour se terminer dans le désert bien connu, et il faut bien le dire, relativement sublime à voir. Enfin, chose plus étonnante, l'essentiel de ces images se trouvent accompagnées par Für Alina et Spiegel im Spiegel de Arvo Pärt (allez-y, c'est un lien de Youtube !), un compositeur dont je ne raffole pas trop, normalement, mais qui m'a beaucoup touché dans ce film.
    C'est d'ailleurs là l'occasion de dire ce que je pense du film, ou plutôt ce que j'en ai pensé - si l'on se laisse aller dans sa trame monolithique/bilithique. Pour être honnête, la toute première fois que je l'ai vu, je l'ai véritablement détesté, de même, d'ailleurs, que je déteste la musique soi-disant contemporaine de Arvo Pärt. Mais la seconde fois, et pour tout dire, la troisième et la quatrième, je l'ai véritablement adoré - pas vraiment de la façon dont l'on tombe "fan" du cinéma, mais plutôt de la manière d'on l'on devient amoureux de la haute montagne. Et il faut bien savoir que celle-là, je l'adore depuis que j'ai quatorze ans, et qu'elle ne m'a pratiquement jamais déçu, au cours de ces longues années où je l'ai fréquenté, pratiquement tous les étés.
    A ce sujet, n'oublions pas de constater qu'une fois de plus, le lien de Wikipédia est assez pauvre. Je vous conseille davantage celui de Fin de Séance, ou encore celui de CinéClub, qui sont tous les deux bien plus bavards, en option dans le bon sens. Que dire de ce film, donc ? Je n'en sais rien... Mais si la journée s'y prête, si l'ambiance est favorable, si l'heure est bonne pour cette expérience difficilement vivable ailleurs, alors, n'hésitez pas une seule seconde ! 

    Libellés : , , , , ,

    14 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    Evidemment je n'avais pas vu ce film mais à te lire, il est très tentant. Merci donc.
    Une petite chose quand même : est-ce parce que tu grandis d'une année que ta propension à changer d'avis s'accroît ? Tu détestes le film puis tu l'adores; tu émets des critiques (enfin !) sur Wikipédia que tu avais jusque là défendu mordicus...
    Aussi, force est de se réjouir de l'ajout d'une année à ton âge !
    En ce jour fêté, très bon anniversaire à toi, Cher Vincent.
    Sabichan

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bon, et bien tant mieux, n'est-ce pas ?
    Sinon, je ne crois pas que ces tendances soient redevables à l'âge, mais plutôt à la stabilité... C'est vrai que sur ce coup, Wikipédia se révèle totalement nul, inutile de le préciser !

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Anonymous Elisa said...

    Salut Vincent,
    Tout d´abord... bon anniversaire! Gros bisous pour ca!
    En plus, non, je n´avais pas vu le film, mais en suivant ton recit, je suis décidé à le trouver dans mon cinéma-club ce weekend:)
    Merci pour nous avvertir les cinephiles!
    Bonne journée d´anniversaire et tout le bonheur et la santé, surtout la santé.
    Prends soin de toi
    Elisa, en Argentina

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Anonymous Chah said...

    Bon anniv' Vincent!
    Je pense bien fort à toi en ce jour et me rappelle avec nostalgie les bonnes fêtes d'anniversaires chez toi à Paris, ces dernières années.

    Je n'ai pas vu Gerry, ça a l'air space; moi, ça ne me donne pas trop envie de le voir. A ton avis, quelle est la "moralité" du film? si à la fin les deux personnages n'en font plus qu'un... Quel était le but des scénaristes?

    C'est marrant comme tu arrives à regarder un film plusieurs fois, à la suite. J'aime bien laisser passer quelques années entre deux visionnages alors j'admire cette capacité à découvrir des choses aussi vite et à apprécier quand même le film.

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Elisa@ : Déjà, merci pour le bon anniversaire, et surtout pour la bonne santé !
    Par contre, je ne suis pas sûr du tout que l'on puisse trouver GERRY dans un cinéma-club... Mais on ne sait jamais : peut-être ceci est-il uniquement un défaut de Paris !

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Chah@ : De la même façon, un grand merci pour le bon anniversaire !
    Tu as raison, GERRY est totalement barré... Mais c'est l'une des bonnes raisons de revoir un film, et des fois, ça marche !

    vendredi, 25 janvier, 2013  
    Anonymous Anonyme said...

    salut vincent
    donc bon anniversaire,il va sans dire que j'aurais préfèré etre chez toi pour ça.
    pour ce film je ne l'ai pas vu mais ton commentaire et ton analyse me donne envie de le voir alors surement chez toi un de ces jour et parler un peu de cette montagne qui apporte beaucoup de chose a ceux qui l'aime.
    toujours bienvenue a la vachette dés que tu te sent

    samedi, 26 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Gilles@ : Normal que tu aies préféré être chez moi, cela, c'est très facile à comprendre !
    Je risque d'avoir beaucoup de mal à me rendre à La Vachette, par ces derniers temps... Mais comme tu le dis, ce film parle de façon très particulière de la montagne, et ceci suffit à nous réunir, fort heureusement !

    samedi, 26 janvier, 2013  
    Anonymous Anonyme said...

    Hello Vincent!
    Merci pour ce nouveau post encore bien captivant ! C'est bien tentant de voir ce film et peut-être imaginer une réponse à la question de Chah...
    Bises! Rien à voir, j'écoute le 2è mouvement du quatuor n12 de Dvorak... A ta santé !
    Cha

    samedi, 26 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Hello, Cha@ : Tant mieux que tu trouves ce Blog toujours aussi captivant... Peut-être rien à voir si tu écoutes le Quatuor N°12 de Dvorak, mais cela ne peut pas être mauvais non plus !

    dimanche, 27 janvier, 2013  
    Anonymous Anonyme said...

    Salut Vincent je ne connais pas ce film mais là j ai tes comments tjrs bien renseignes et je me suis renseigne par moi meme car cette histoire m intriguait et je decouvre que gerry et gerry en fait ne sont qu un les deux aspects de la meme personne.face a ses propres epreuves tres bien vu la maniere de le presenter evec deux personnages nous avons tous nos deux cotes l essentiel c est de garder le bon;;;;;;Portes toi bien Vincent et merci pour la decouverte

    dimanche, 27 janvier, 2013  
    Anonymous Anonyme said...

    au Fait le comment là est de giles F.....à plus Vincent ...))

    dimanche, 27 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci pour tes Comments... Je suis ravi que tu aies été bien renseigné sur Gerry et Gerry, si je puis dire !

    lundi, 28 janvier, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Et je sais bien qu'il s'agit de Gilles F@...

    lundi, 28 janvier, 2013  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home