L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • mardi, novembre 18, 2008

    PLANET TERROR (RODRIGUEZ)

    Enfin, le voici !
    Le second film "Grindhouse" (un concept américain où l'on faisait se succéder dans la même soirée deux films de série B, voire Z, entrecoupés de bandes annonces du même style), censé faire suite à Boulevard de la Mort de Quentin Tarantino, dont d'ailleurs je viens de replacer la critique juste à la suite, ce qui sera plus simple pour tout le monde...
    D'une façon plutôt étonnante, le DVD s'ouvre sur le visage de l'acteur le plus connu du film (qui reprend ici - très brièvement - son rôle et son look de grand méchant dans Couvre-Feu de Edward Zwick), alors que son nom ne figure ni sur la jaquette du DVD, ni même au générique début - ce qui n'est pas sans évoquer les précédents fameux de Sean Connery dans Robin des Bois, ou de Christopher Walken dans Sleepy Hollow :

    Ce qui n'est pas le moindre des traits d'humour de cet Opus, qui attaque d'emblée par une désopilante bande annonce pour un film qui n'existe pas, Machete, interprété par l'indescriptible Danny Trejo, que tous les fans de Heat reconnaîtront d'emblée :

    Plus kitsch que ça, tu meurs ! À voir absolument en V.O, bien sûr :

    Dernier clin d'oeil avant d'attaquer : le logo de la propre boîte du réalisateur (comme quoi tous les mexicains ne sont pas forcément des bigots superstitieux, lol !) :

    Et voilà, le film peut enfin démarrer (d'une manière tout aussi chaude que celui de Tarantino, d'ailleurs, ce qui faisait également parti des codes du "Grindhouse") :

    Et, très vite, d'une façon bien plus "gore" :

    Pour tout vous dire, je ne considère pas du tout ce film comme un chef-d'oeuvre, loin de là, même (contrairement à beaucoup de gens, je préfère nettement celui de Tarentino)... Mais ce qui le sauve, c'est l'humour, sa volonté de parodier en "bigger than life" les archétypes les plus connus du genre, comme La Nuit des Morts-Vivants ou L'Invasion des Profanateurs de Sépulture, et de ce point de vue là, cela fonctionne parfaitement :

    Pour tant est que l'on soit un peu familier des dits codes parodiés, faute de quoi, tout le sel de la chose disparaît bien sûr au profit d'un film pratiquement sans thème, sans histoire et sans scénario (à noter qu'il y a eu en musique des cas similaires, comme lorsque Stravinsky ou Prokovief s'amusaient à pervertir les auteurs baroques ou classiques !). En résumé : suite à la fuite d'un gaz neurotoxique, toute une partie de la population se retrouve peu à peu transformée en affreux zombis, qui bien sûr n'ont plus qu'une seule idée en tête, contaminer les rares rescapés :

    Comme vous le voyez, il est difficile de faire plus simple (encore qu'il y ait aussi des chefs-d'oeuvre qui tiennent en deux lignes, comme Duel ou Alien).

    Quelques références à Boulevard de la Mort au passage : tout d'abord, l'usage de certaines bécanes qui, elles aussi, sont "bigger than life" !

    Mais surtout le recours à la même actrice Rose McGowan (Pam, dans le film de Tarentino), et qui incarne ici le rôle vedette de la tueuse à la jambe-mitraillette, tellement kitsch en lui-même que l'on se demande comment des gens ont bien pu prendre ce film au premier - voire même au second - degré, tellement c'est énorme :

    Le "pitch" ayant été résumé en deux lignes, profitons-en pour dire quelques mots de certains des acteurs... Michael Parks, qui de façon assez amusante joue toujours sous le nom de Earl McGraw, qu'il s'agisse de Boulevard de la Mort ou des deux Kill Bill, où il incarne d'ailleurs le même rôle de shérif :

    Michael Biehn, que l'on n'avait pas revu dans une grande production depuis bien longtemps, et qui, le pauvre, se retrouve encore une fois en train de sauver le monde, après ses rôles fétiches dans Terminator et Aliens :

    Un autre acteur très célèbre, que vous aurez sans doute un peu de mal à reconnaître (je jurerais presque qu'il s'agit d'une citation de Dune, de David Lynch) :

    Ouf, ça va mieux, là, lol !

    Certes, il n'occupe qu'une toute petite place (quoiqu'importante) dans le film, mais au moins, on est bien content d'apprendre qu'il a descendu l'ennemi public N°1, et par hasard, en plus, MDR !

    Et bien sûr, une fugitive apparition de Tarentino, sympathique Warren dans Boulevard de la Mort, ici juste crédité comme "violeur #1" :

    Enfin bref, comme déjà dit, ce qui sauve vraiment le film, c'est son humour au troisième degré, comme par exemple l'apparition totalement incongrue de sous-titres en allemand de façon fugitive :

    Cette mise en garde à pisser de rire du patron du BAR B Q, alors que les spectateurs ont déja croûlé sous douze tonnes d'hémoglobine :

    Ainsi que lors de l'unique scène romantique du film, au moment précis où celle-ci commence à dégénérer en scène bien torride :

    Et zut ! Bobine manquante, lol !

    La course poursuite en mini-moto vaut aussi son pesant d'or (citation évidente de Vanishing Point), bien sûr :

    De même que le moment où mourant, le patron du fameux bar B Q consent enfin à dévoiler à son frère la fameuse recette de sa sauce barbecue :

    Bon. Je m'arrête là, sinon, on va encore m'accuser de faire un énorme Spoiler !

    En tout cas, la fin, que j'avais trouvée d'un ridicule achevé la première fois (pour ceux qui connaissent, du niveau de celle de Battle Royale II, c'est pour dire !), m'a bien régalée lors d'une petite relecture :

    Pour être tout à fait sincère, j'avais eu exactement le même problème avec Boulevard de la Mort, mais je crois que c'est uniquement lié au fait que quelque part, notre esprit et nos yeux, conditionnés par des milliers de productions "standards", ont tendance à avoir un seul type d'approche - très formatée - lors de la découverte d'un nouveau film.

    Mais lorsque l'on a compris cela, et que l'on se prend à jouer, de connivence avec les auteurs, à l'exercice de style (je ne vais pas vous rappeler le livre éponyme de raymond Queneau, tout aussi déroutant de prime abord), et bien en résumé : c'est une vraie régalade !

    P.S 1 : Malgré les faux "scratchs" et autre défauts simulés de pellicule (encore plus nombreux que dans le film de Tarentino), il est à noter que l'intégralité du film a été entièrement tournée en numérique, ce qui a apparemment laissé aux acteurs et au réalisateur une grande liberté d'expression - puisque non limités par le prix exorbitant du 35mm, comme bien sûr nous le savons (presque) tous, depuis que chacun possède désormais son petit appareil photo du même style !

    P.S 2 : Le concept "Grindhouse" étant quasiment inconnu en Europe, les frères Weinstein - les producteurs attitrés de Rodriguez et de Tarentino - ont finalement décidés de s'adapter à nos usages pour sortir les deux films séparément, ce qui nous a hélas privés de quelques fausses bandes annonces savoureuses situées entre les deux films, ainsi que d'autres non moins sympathiques, publiées suite à un petit concours lancé sur Internet. Mais heureusement, je suis là... Et vous pourrez voir tous ces petits bonus ici-même !

    Merci qui ?

    Libellés : , , ,

    12 Comments:

    Anonymous 2DSP said...

    Ce film m'a beaucoup fait rire, et j'ai bien aimé le fait de revoir quelques acteurs (ayant le même role) dans "boulevard de la mort" (film que j'ai vu après). Le casting est quand même super ;)

    mercredi, 19 novembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Certes... C'est bien le moins qu'on puisse dire !

    samedi, 22 novembre, 2008  
    Anonymous zoun said...

    ça à l'air d'être un ovni, et un peu gore... je serais curieux de le voir.

    vendredi, 05 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Un OVNI, ça, c'est certain ! "Un peu" gore, par contre, le mot est gentil : c'est de l'ultra-gore permanent, oui... Mais c'est en même temps cela qui donne au film toute sa dimension humoristique !

    vendredi, 05 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    "Eraserhead", en un seul mot…

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Blogger Vincenttheone said...

    Certes, la "classe" absolue... Mais ce n'est pas donné à tout le monde, n'est-ce pas ?

    mardi, 23 décembre, 2008  
    Anonymous Anonyme said...

    ça faisait longtemps que j'avais lu cet article ainsi que celui de Boulevard de la Mort (où j'avais appris le fétichisme des pieds de femmes!!) mais n'étant pas du tout une spécialiste de Quentin (bien qu'ayant vu ses films les plus connus)j'avais pas trop osé posté de comm. En tout celui-ci me tente plus que Boulevard de la mort. Je pense qu'il dois être beaucoup plus poilant.

    http://justarrived.com/

    mardi, 13 janvier, 2009  
    Blogger Vincenttheone said...

    Bah, en tout cas, il est douze fois plus "déjanté", ça, c'est clair !
    Un de ces quatre, il faudra que je t'explique par mail comment laisser, même dans les "comments", son véritable lien (parce qu'ici, sous BLOGGER, c'est impossible de livrer des détails, j'ai déjà essayé de le faire pour d'autres personnes, mais les codes HTML sont tout de suite conversés, lol !)... Alors qu'en réalité, il serait très facile de voir Justarrived, la preuve, n'est-ce pas ?

    mercredi, 06 janvier, 2010  
    Blogger Al Capitaine said...

    Salut Vincent!

    Je viens de lire ta chronique sur Planet Terror, je viens de faire la mienne sur mon site...

    Tu vois tu m'a appris des choses,avec ton article, sur certains secrets du tournage... moi j'ai vraiment adoré, c'est un très bon film, et pareil pour BDLM.

    Pour PT, je n'ai eu aucune attache pour les personnages : et je pense que ça a été voulu... Là, comme je suis en vacances, je vais pouvoir me faire un cycle Tarantino! @++ Al'

    mercredi, 09 juin, 2010  
    Blogger Vincenttheone said...

    Exact... C'est vrai que c'est assez géant, ce film, dans le genre totalement barge, lol !
    Putain, déjà en vacances, quel bol, là... Moi, il faut encore que j'attende le début juillet (et rien à dire, ça me fait chier, quoi) !

    jeudi, 10 juin, 2010  
    Blogger Al Capitaine said...

    Le fait de relire cette chronique de Planet Terror (qui est l'une de mes préférées de ce blog avec Boulevard de La Mort : bravo Vincent !) me donne vachement envie de le revoir. Tout ça parce que j'ai revu une deuxième fois en même pas deux jours Machete !

    Michael Parks est un habitué des films de Tarantino et de Rodriguez que l'on avait aussi pu voir dans Une Nuit en Enfer réalisé par Rodriguez et signé Tarantino.

    Ce n'est pas un chef-d'oeuvre certes mais ta passion pour le cinéma se ressent dans tes écrits et là c'est une belle preuve car je l'adore. Et comme je l'ai déjà dit c'est l'une de mes favorites !

    Vive le cinéma !!!

    vendredi, 01 mars, 2013  
    Blogger Vincenttheone said...

    Merci, merci, merci !
    Que dire de plus...

    vendredi, 01 mars, 2013  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home