L'INDEX DE TOUS LES FILMS COMMENTÉS :
  • C'EST ICI !!!
  • C'EST LÀ !!!
  • C'EST ICI & LÀ !!!

  • lundi, mars 19, 2007

    PRINTEMPS... (KIM)

    Bon, pas tout à fait...
    J'ai un tout petit peu élagué le titre en question, là, vu que sa longueur est, en quelque sorte, à l'image de la lenteur de ce film magnifique de KIM Ki-Duk (ou Ki-Duk KIM, comme on le dit sous nos latitudes, en accordant toujours plus d'importance à l'Ego qu'au "clan"). Il s'agit, en réalité (tenez-vous bien !) de : Printemps, Été, Automne, Hiver... et Printemps .
    Film en apparence simple (voire simpliste, dirons certains), mais bien plus complexe et riche de symboles qu'il n'en a l'air de prime abord - et du reste, incidemment, assez riche de filiations avec le dernier que je viens de commenter, Une Histoire Vraie de David Lynch, puisqu'il s'agit essentiellement d'un film sur la transmission, l'héritage, les "passages" entre générations. Mais c'est surtout - et avant tout - un film d'une immense beauté plastique et visuelle, dans lequel chaque plan semble travaillé avec la même perfection que s'il s'agissait d'un tableau ou d'une calligraphie, avec ce raffinement typiquement oriental auquel nous avaient déjà habitué les oeuvres de Kurosawa ou de Kitano (je pense notamment à Dolls, d'une hallucinante beauté) :

    Comme annoncé par le titre, le film se déroule en quatre parties d'égale longueur (les saisons), suivies d'un petit "bonus" (...et Printemps).
    1) Printemps : "la perte de l'innocence" (je cite la jacquette du DVD). Au sein de cet endroit sublimissime (qui malheureusement n'existe pas en réalité, ce temple flottant miraculeux ayant été bâti pour la circonstance) :

    Un jeune apprenti moine fait l'expérience, tout d'abord ludique, du pouvoir de vie et de mort, en s'amusant cruellement (comme je crois, tous les mômes) avec les petits animaux, en leut attachant une petite pierre à l'aide d'une ficelle :

    Avant d'en faire lui-même la cuisante expérience à ses dépends, grâce à son Maître :

    2) Été : "la passion qui consume l'esprit et les sens" (je cite toujours le DVD). Là, nous nous retrouvons projetés une dizaine d'années plus tard, avec l'arrivée dans ce hâvre de paix d'un élément tout à fait perturbant (je dois dire qu'à la place du jeune moine, j'aurais été tout aussi pertubassioné moi-même, XD !) :

    M'enfin bon. On a beau dire que les coréennes sont difficiles d'approche, christianisme ambiant et confucianisme ne facilitant guère les choses... Ceci dit, à en juger d'après ce film, c'est partout pareil, en résumé. On commence par se foutre de bonnes baffes histoire de tâter le terrain et de marquer son territoire :

    Et en fin de compte, ça finit toujours pareil, quoi (bah oui, ça fait du bien par où ça passe, quand même, lol !) :

    3) Automne (toujours d'après le DVD, "le temps de la jalousie et des pulsions destructrices qu'elle déclenche"), avec des plans de plus en plus à tomber par terre de beauté :

    Et un commencement d'humour très particulier, assez proche de celui de Lynch ou de Kitano, de temps en temps, mais qui (je crois) trouve sa vraie origine dans les films de Jacques Tati, que les réalisateurs du monde entier connaissent et vénèrent. Encore que là, on ne soit finalement pas très loin de Kusturica (souvenez-vous de la dernière scène délirante de Chat Noir, Chat Blanc, où le type se sert d'une oie vivante comme d'une serviette !!!), parce que dessiner des Kanjis avec la queue d'un chat, c'est quand même du jamais-vu, je crois :

    Mais bon. Les meilleures choses ont une fin, comme on dit... On peut s'en remettre au hasard et à la fatalité, comme 99% des gens, mais on peut aussi faire son propre choix de "fin", ça se comprend, je trouve même ça plutôt sain, quelque part, plutôt que de finir ses jours à l'hôpital, grabataire et à l'état de légume. C'est tout le sens du caractère 閉める ("Shimeru", en japonais, parce que je ne parle pas du tout coréen, j'ai essayé d'apprendre cet été, mais bon...), si j'ose une traduction un peu audacieuse, je dirais : "Allez, on ferme ! " :

    4) L'hiver ("la saison de la rédemption et de l'expérience"). Alors là, il n'y a pas que des plans à tomber deux fois le cul par terre, tellement c'est beau :

    Il y a aussi des plans à tomber 712 fois le cul par terre, tellement ça ressemble à de la plus pure calligraphie chinoise 山水画 ("Sansuiga" : littérallement, peinture d'eau et de montagnes) :

    De nouveau, un petit coup d'humour à la Tati (ce n'est pas moi qui "fige" l'image, c'est ainsi dans le film) :

    Juste avant de replonger dans le drame final (mais je ne vous dis rien, ça serait criminel), avec cette image bien flippante digne du célèbrissime Elephant Man de David Lynch :

    Je n'en ai pas fait de photos, mais les serpents jouent également un très grand rôle dans ce film. De même que les papillons chez nous, ils sont vénérés en Orient, car ils sont les symboles de la transformation, de la transmission et de la mutation. Le cycle des saisons passe, l'homme trépasse, mais si avant de trépasser on peut avoir l'occasion de transmettre quelque chose (bon, c'est sûr, un peu de blé, ça ne fait jamais de mal), mais transmettre un tout petit peu de savoir, un tout petit peu d'expérience, un tout petit peu de sagesse ou de compassion - c'est dur, en fait ! -, mais si l'on y arrive, rien ne remplace cette sentation, la sentation d'avoir été sur cette terre au moins brièvement pour quelque chose d'utile...

    5) D'où le dernier chapitre : "...et Printemps". Parce que la mort doit engendrer la vie, parce que la haine doit engendrer l'amour, parce que la laideur doit donner forme à l'Art, c'est comme ça que ça marche, et si ça ne vous plaît pas... XD, vous n'avez pas le choix, il n'y a AUCUNE autre alternative, lol !!!

    Il y a toujours un avenir, bien sûr !

    Et probablement "quelque chose" au-dessus de nous (bien que personnellement, je ne lui donnerais pas cette forme anthropomorphique...). Mais bon, l'image est tellement belle, en même temps :

    Bouddah veille sur vous, sachez-le !

    Libellés : , ,

    1 Comments:

    Anonymous Anonyme said...

    Ta critique est on ne peut plus complète ! Pour l'anecdote, c'est Kim Ki-Duk en personne qui campe le rôle du moine adulte...
    Son prochain film est à venir pour le mois d'aout, il s'intitulera "Time", aucune info n'a encore été divulguée...

    mardi, 20 mars, 2007  

    Enregistrer un commentaire

    Links to this post:

    Créer un lien

    << Home